Le Canada en orbite

  • Le premier ministre John Diefenbaker au moment de l’inauguration du laboratoire radar de Prince Albert, le 6 juin 1959. Crédit : CRC

    En 1957, le Canada et les États-Unis construisent un polygone de tir à Churchill, dans le nord du Manitoba, afin de lancer des fusées sous-orbitales. L’objectif principal : explorer la haute atmosphère. À sa fermeture, en 1989, pas moins de 3500 lancements s’y étaient déroulés.

    En 1959 est inauguré le laboratoire radar de Prince Albert en Saskatchewan. Ce jour-là, le premier ministre John Diefenbaker et le président américain Dwight Eisenhower ont pour la première fois une communication au moyen d’un signal radar qui transite par la Lune.

    La même année, la fusée-sonde Black Brant, conçue par l’Albertain Albert Fia et construite par Bristol Aerospace, est lancée depuis Fort Churchill, au Manitoba. Baptisée en l'honneur de la bernache noire, un oiseau de l'Arctique, cette sonde a pour objectif d'étudier l'ionosphère et les aurores boréales..

  • Le module Eagle de la mission Apollo 11 tel que photographié par l’astronaute Michael Collins à partir du module Columbia le 20 juillet 1969.

    En 1961 a lieu le lancement de Transit 2-A, un satellite de navigation américain équipé d’un récepteur de bruit cosmique, la première pièce d’équipement canadienne dans l’espace.

    La même année, l’astronaute Alan Shepard est le premier Américain à aller dans l’espace à bord de la capsule Freedom 7. L’antenne de communication de la capsule a été fabriquée au Canada par Havilland Aircraft, à Downsview, en Ontario.

    En 1962, le Canada lance Alouette I et devient ainsi le 3e pays, après l’URSS et les États-Unis, à lancer un satellite scientifique dans l’espace. En 1967, l’Ontarien John Herber Chapman, alors directeur du programme Alouette, présente un rapport au gouvernement fédéral dans lequel il recommande la création d’une agence spatiale nationale.

    En 1969, lancement d’ISIS I. Plus perfectionné qu’Alouette, cet engin spatial est conçu pour permettre une étude approfondie de l’ionosphère et produire la première photographie des aurores boréales depuis l’espace.

    La même année, l’astronaute américain Neil Armstrong est le premier homme à poser le pied sur la Lune. Le train d’atterrissage du module Eagle est fabriqué par Héroux Aérospatiale de Longueuil au Québec.


  • La sonde Voyager 2

    En 1972, le satellite de télécommunications Anik A-1 est lancé. Le Canada est ainsi le premier pays à posséder un satellite national de télécommunication en orbite géostationnaire.

    En 1973, la NASA accorde au Canada le mandat de concevoir et de mettre au point un bras télémanipulateur qui fera partie de l’équipement de la navette spatiale.

    En 1977, la sonde interplanétaire Voyager 2 quitte la Terre. Le Canada a contribué à la mise au point de l’engin : les instruments de télémesure de Voyager sont fixés à l’extrémité d’une perche de conception canadienne.

  • L'astronaute canadien Marc Garneau mène une série d’expériences à bord de la navette Challenger durant la mission STS-41G qui s'est déroulée du 5 au 13 octobre 1984.

    En 1981, le lancement du bras canadien (Canadarm) à bord de la navette Columbia (Mission STS-2) est effectué. Le pilote met à l'épreuve le bras télémanipulateur en testant tous ses modes de fonctionnement. « Le bras est sorti de la navette et fonctionne merveilleusement », déclare-t-il. « Ses déplacements sont beaucoup plus souples qu'ils paraissaient lors des séances de simulation, » ajoute-t-il.

    La NASA offre officiellement au Canada d’envoyer un premier astronaute dans l’espace, ce qui marque en quelque sorte le début du Programme des astronautes canadiens.

    La même année a lieu le déploiement d’Anik C-3 depuis la soute de la navette Columbia. Ce satellite dessert l’équivalent de 32 canaux de télévision couleur et de plus de 21 000 circuits vocaux. Ce premier satellite de télédiffusion directe, plus puissant que les précédents, permet l’utilisation de petites antennes paraboliques de réception.

    En 1983, le Canada sélectionne ses six premiers astronautes : Roberta Bondar, Marc Garneau, Steve MacLean, Ken Money, Robert Thirsk et Bjarni Tryggvason.

    En 1984, l’astronaute Marc Garneau est le premier Canadien à flotter dans l’espace tandis qu’il participe à la mission STS-41G à bord de la navette Challenger. En tant que spécialiste de charge utile, il supervise une série d’expériences canadiennes.

    En 1985, au cours d’un sommet qui se tient à Québec, le premier ministre Brian Mulroney accepte l’invitation du président Ronald Reagan à participer au projet de station spatiale.

    En 1986, l’Agence spatiale canadienne est fondée.

  • Roberta Bondar, le 22 janvier 1992. L’astronaute est la première femme canadienne dans l’espace.

    En 1990, lors de la mission STS-31, le télescope spatial Hubble est déployé dans l’espace depuis la soute de Discovery à l’aide du Canadarm. Cinq universités canadiennes se voient accorder du temps d’observation avec Hubble.

    La même année, pour la première fois, un instrument scientifique canadien est lancé au-delà de l’orbite de la Terre. Le télescope High Flux est l’un des multiples instruments transportés par Ulysses, la sonde spatiale de l’agence spatiale européenne déployée lors d’une mission de la navette Discovery.

    En 1992, Roberta Bondar est la première femme canadienne et la deuxième astronaute de l’Agence spatiale canadienne à séjourner dans l’espace, lors de la mission STS-42 à bord de Discovery. La même année, un troisième astronaute canadien s’envole pour l’espace. Le spécialiste de charge utile Steve MacLean s’occupe de l’ensemble des missions canadiennes Canex-2.

    En 1993, les employés de l’Agence spatiale canadienne commencent à déménager au nouveau siège social situé à St-Hubert, au Québec. En 1996, l’endroit est officiellement nommé le Centre spatial John H. Chapman, en l’honneur du scientifique qui est considéré comme le père du programme spatial canadien.

    En 1995 est lancé RADARSAT, le premier satellite canadien d’observation de la Terre.

    La même année, Chris Hadfield est le quatrième astronaute canadien à se rendre dans l’espace. Il est non seulement le premier spécialiste de mission canadien, mais aussi le premier Canadien à monter dans la station spatiale Mir.

  • L’astronaute Julie Payette pose avec son collègue Kent Rominger dans l’écoutille de deux modules de la Station spatiale internationale durant la mission STS-96.

    En 1996, Marc Garneau est le premier Canadien à retourner dans l’espace une deuxième fois en participant à la mission STS-77 à titre de spécialiste de mission.

    Pour sa part, Robert Thirsk est le cinquième Canadien dans l’espace.

    En 1997, Bjarni Tryggvason est le sixième astronaute canadien à séjourner dans l’espace.

    En 1998, le spécialiste de mission Dave William est le septième Canadien à aller dans l’espace et le premier médecin de bord non américain.

    En 1999, Julie Payette est la huitième astronaute canadienne à aller dans l’espace et la première à pénétrer dans la SSI.

  • Chris Hadfield dans l’espace.

    En 2000, Marc Garneau participe à sa troisième mission.

    En 2001, l’astronaute Chris Hadfield participe à la mission durant laquelle le Canadarm2 est livré à la Station spatiale internationale. Il est le premier Canadien à réaliser une sortie extravéhiculaire.

    En 2005, l’astronaute Robert Thirsk occupe la fonction d'ingénieur de vol de relève dans le cadre de la mission russe Soyouz à destination de la SSI.

  • En 2009, Julie Payette rencontre son concitoyen Robert Thirsk dans la SSI

    En 2006, l’astronaute Steve MacLean réalise son deuxième vol et sa première visite à la SSI. Il effectue sa première sortie extravéhiculaire, lors de laquelle il est le premier Canadien à manoeugvrer le Canadarm2.

    En 2007, le module d’atterrissage Phoenix de la NASA est lancé en direction de la planète Mars. La station météorologique de conception canadienne qui se trouve à bord permet de documenter la météo et le climat martien. Cette mission marque l’arrivée de la technologie canadienne sur une autre planète.

    La même année, l’astronaute Dave Williams s’envole vers la SSI à bord de la navette Endeavour.

    En 2008, lancement du système robotique DEXTRE. Cette nouvelle génération de robot spatial canadien est dotée de deux bras et est appelée à jouer un rôle important dans l’entretien de la SSI.

    En 2009, l’agence spatiale annonce la nomination de deux nouveaux astronautes : Jeremy Hanser et David Saint-Jacques.

    La même année, l’astronaute Robert Thirsk est le premier Canadien à effectuer une mission de longue durée dans l’espace en demeurant six mois dans la SSI.

    Pendant cette période, Julie Payette entreprend son deuxième voyage en orbite. Ainsi, pour la première fois, deux Canadiens se rencontrent dans l’espace.

  • En décembre 2012, Chris Hadfield s'envolera à bord d'un vaisseau Soyouz à destination de la SSI où il séjournera pendant six mois. Pendant la deuxième partie de sa mission, il deviendra le premier commandant canadien de la station.