Explorez les dessous des 7 doigts de la main

Pour souligner ses 10 ans, la troupe montréalaise Les 7 doigts de la main présentera son nouveau spectacle, Séquence 8, en ouverture du festival Montréal complètement cirque le 5 juillet.

Plongez dans l'univers créatif de la troupe en explorant cinq thèmes de la création de son nouveau spectacle.

utilisez les flèches
pour découvrir Séquence 8

Inspiration

L'omniprésence des médias est devenue une source d'inspiration importante pour les créateurs. Les artistes du cirque n'y échappent pas. C'est d'ailleurs bien assis dans leur fauteuil à la maison que les deux créateurs de Séquence 8, le nouveau spectacle des 7 doigts de la main, ont eu l'idée du spectacle.

Comme des millions d'internautes, Sébastien Soldevila et Shana Carroll ont été choqués pas les images d'une vidéo de surveillance montrant une jeune Chinoise être happée par un camion et laissée pour morte sur la voie.

« Il s'agit de l'élément déclencheur du spectacle, explique Sébastien Soldevila. Je me rappelle avoir été très troublé par ces images. On s'est demandé ce qu'était devenu l'"autre"? Dans une société où on entretient des rapports avec des gens partout dans le monde, que reste-t-il du lien physique primaire? »

Extrait vidéoSéquence 8 en création

La petite histoire d'une jeune troupe

Fondés par sept artistes du cirque en 2002 à Montréal, Les 7 doigts de la main présentent cette année leur huitième spectacle.

À ce jour, ils ont visité plus de 130 villes dans le monde, effectué plus de 2000 représentations et attiré au-delà de 2 millions de spectateurs.

Pour les deux metteurs en scène, il s'agissait de traiter des rapports entre les gens, entre les acrobates bien sûr, mais également avec le public.

« On veut que le public se pose la question à savoir pourquoi il est là et ce qui l’a amené à assister à ce spectacle. »

La création de Séquence 8 aura nécessité près d'un an de travail. Une quarantaine d'artisans y ont collaboré. Le spectacle continuera d'évoluer après les premières représentations. Il ne s'agit pas d'une œuvre fermée.

« Après les six premiers mois de tournée, il y aura certainement des changements. On essaie d'évoluer constamment.

Musique

Pourquoi changer une recette gagnante? C'est vers Seth Stachowski que Les 7 doigts de la main se sont à nouveau tournés pour la création de deux pièces musicales du spectacle Séquence 8. Normal, le compositeur de Los Angeles a signé il y a quelques années une partie des musiques de Traces, maintenant une carte de visite pour la troupe.

En plus de composer pour le cinéma et la télévision - il a notamment collaboré aux émissions Tonight show with Conan O' Brien et America’s got talent -, Seth Stachowski a travaillé sur plusieurs spectacles de cirque, dont Kooza et Iris, du Cirque du Soleil.

Extrait de la musique de Seth Stachowski

Commencer par la musique

Avant même d’avoir fait appel aux services de Seth Stachowski, Sébastien Soldevila a imaginé le spectacle, lecteur MP3 en mains.

« Dans Les 7 doigts, on conçoit les scènes en s’appuyant sur la musique. J’écoute les musiques que j’aime en boucle, et en fermant les yeux, je vois les tableaux apparaître. Même si on change la musique après, il y a une base émotionnelle.

Créer des ambiances musicales pour un spectacle de cirque est d'abord un travail de collaboration.

« J'ai beaucoup discuté avec Shana (Carroll) et Sébastien (Soldevila), continue Seth Stachowski. Ils m'ont expliqué le concept général de Séquence 8 et j'ai par la suite composé plusieurs palettes musicales. Et ils m’ont indiqué ce qu'ils préféraient. »

« La musique doit d'abord amplifier les émotions évoquées dans le spectacle et concentrer l'intensité dans certains numéros. »

Toujours selon Seth Stachowski, il n'existe pas de règles précises en composition. Et le seul juge demeure toujours celui qui paie le billet.

« Si le public aime, c'est que ça fonctionne. »

Scène

Anne-Séguin Poirier ne fait pas partie de la distribution de Séquence 8, mais elle court tout autant que les acrobates des 7 doigts de la main. À quelques semaines de la première, la scénographe commence à voir ses décors se former. Le sprint final approche.

Ses semaines, elle les passe entre son bureau de la rue Fullum à Montréal et le Théâtre McGill, où la troupe de Séquence 8 met la touche finale au spectacle.

Pour le nouveau spectacle des 7 doigts de la main, Anne-Séguin Poirier souhaite « démécaniser » l'art du cirque.

« Je veux créer une ambiance de salon, avec des tapis au sol et des miroirs aux murs, un décor plus chaleureux et vivant. Même les éléments de cirque, comme la planche sautoir, seront modifiés pour s’intégrer au décor », explique-t-elle.

Anne
Séguin-Poirier
a participé à la création du numéro du Cirque du Soleil présenté aux Oscars. Elle a également collaboré aux spectacles Delirium et Iris, de la célèbre troupe.

La scénographe n'en est pas à ses premiers faits d'armes dans le domaine du cirque. Le défi premier est avant tout l'espace.

« Comme Séquence 8 voyagera beaucoup, un des critères les plus importants est la mobilité des éléments de décor. »

Petit hic, une des pièces importantes qu'on verra sur la scène respecte plus ou moins ce critère.

« Quand Sébastien (Soldevila) et Shana (Carroll) ont eu l'idée de mettre en scène un jeu-questionnaire, j'ai pensé placer une cloche tout en haut du mât chinois. J'ai trouvé une vieille cloche qui appartenait à Canadien National. »

Rayonnement

Derrière les acrobates, les metteurs en scène et toute l'équipe des 7 doigts de la main, il y a Nassib El-Husseini. Ne lui demandez pas de se suspendre à un trapèze ou de jongler avec des boîtes à cigares, Nassib n'a ni la souplesse de l'acrobate ni l'adresse du jongleur.

De son bureau fenestré de la rue Roy à Montréal, le directeur général en a suffisamment sur les épaules. Après tout, c'est lui qui veille au bon fonctionnement de la grande machine des 7 doigts de la main. Et avec un nouveau spectacle sur le point de naître et une centaine d'employés éparpillés partout dans le monde, les journées commencent tôt et se terminent tard.

« Nous venons de doubler nos espaces de bureau, ça montre bien l'expansion des 7 doigts », nous explique-t-il en nous montrant les nouveaux locaux aménagés.

Nassib El-Husseini Directeur général des 7 doigts de la main

Reconnaissance internationale

Le spectacle Traces a été nommé parmi les 10 meilleurs spectacles de l’année 2011 par le magazine TIME. Les 7 doigts de la main ont également fait parler d’eux en participant à l’émission américaine America’s got talent, en juillet 2011. L’émission a été vue par 8 millions de téléspectateurs.

Le spectacle Séquence 8 sera d'abord présenté à Lyon, puis à Montréal en juillet à l'occasion de Montréal complètement cirque. Comme pour chaque nouveau spectacle, les 12 premiers mois sont très importants.

« La première année est toujours cruciale. Tu dois t'assurer que ton équipe en place est heureuse et que les diffuseurs sont au rendez-vous. Il n'y a rien de pire qu'une troupe qui ne tourne pas. »

Entre des voyages à Maubeuge (Belgique) et à Berlin (Allemagne) pour supporter les spectacles Patinoire et Loft, Nassib tente de consolider la présence des 7 doigts ici même au Québec.

« Ça prend un certain temps pour faire connaître le cirque contemporain. Quand quelqu'un me dit qu'il n'a jamais vu un spectacle des 7 doigts, je souris, ça signifie qu'il y a un potentiel de développement.

fermer x

Équipe web

Direction artistique : Julie Désilets

Design : Jean-François Bastien

Intégration : Raymond Rousseau

Rédaction et recherche : Félix-Antoine Viens

Révision : Léonore Pion, Josée Bilodeau et Catherine Bélanger

Gestion de projet : Laurence Brablin

Chef de contenu : Dominique Gagné

Photos

7 doigts de la main : Studio Pastis

Anne Séguin-Poirier : Luc Lavergne

Acrobates

Eric

Bates

Le cirque a toujours fait partie de la vie d'Eric, au même titre que ses passions pour le rugby, le ski ou le football. En 2008, sa vie prend un nouveau tour quand il quitte ses études de commerce à l’Université McGill pour intégrer l’École nationale de cirque de Montréal, une des meilleures décisions de sa vie. Sa spécialité : jongler avec des boîtes à cigares.

Ugo

Dario

Ugo, originaire de France, découvre le cirque à 8 ans dans une école de loisirs. Très vite passionné, il expérimente différentes disciplines et, à ses débuts à l’École de cirque de Châtellerault, il possède déjà un solide bagage. En 2008, il débarque à Montréal pour entrer à l’École nationale de cirque. Il étudie la planche coréenne avec son partenaire Maxim Laurin. En 2012, Maxim et Ugo gagnent la médaille d’or au Festival mondial du cirque de demain à Paris avec leur numéro.

Colin

Davis

Évoluant dans un monde d’artistes (son père a fondé la San Francisco Mime Troupe), Colin découvre le cirque en assistant chaque année aux spectacles du Pickle Family Circus. À 11 ans, il s’inscrit à l’école de cirque de San Francisco, où il étudie les acrobaties chinoises. Avec son partenaire et ami Devin Henderson, il intègre ensuite l’École nationale de cirque de Montréal.

Devin

Henderson

Issu d’une famille ouverte sur les arts, Devin entre au Circus Center de San Francisco quand il a à peine 5 ans. Deux ans plus tard, il accède au groupe d’acrobaties chinoises de Maître Lu Yi. Devin a passé beaucoup de temps avec le San Francisco Circus Youth avant d’entrer à l’École nationale de cirque de Montréal. Passionné de cinéma, Devin passe beaucoup de son temps libre à réaliser des courts-métrages sur le cirque.

Maxim

Laurin

Enfant très actif, Maxim a participé à plusieurs stages de théâtre, de magie et de cirque avant d’entrer à l’École nationale de cirque de Montréal à 11 ans. Acrobatie, danse, théâtre et trapèze fixe font alors partie de son quotidien. À 16 ans, Maxim décide de se spécialiser en planche coréenne. Il rencontre à l’occasion d’un stage en France son partenaire Ugo Dario, avec qui il gagne la médaille d'or au Festival mondial du cirque de demain à Paris en 2012.

Camille

Legris

Camille commence la gymnastique à 5 ans. À 15 ans, les murs de sa chambre sont déjà couverts de médailles. C’est après avoir regardé une émission télévisée sur le Cirque du Soleil que Camille s’inscrit à l’École nationale de cirque de Montréal. Elle y passe sept années à enchaîner les disciplines, ponctuant son apprentissage d’événements dans les entreprises ou de spectacles professionnels. C’est là qu’elle rencontre Tristan Nielsen, son partenaire de main à main.

Tristan

Nielsen

Dès son jeune âge, Tristan se démarque par sa persévérance. À 12 ans, il entre dans un programme de cirque offert par son école, et à 19 ans, il a déjà participé à deux tournées avec le cirque Zoppé et le Circus Smirkus. Il est reçu à l’École nationale de cirque de Montréal à 20 ans, où il rencontre sa partenaire, Camille Legris.

Alexandra

Royer

Très jeune, Alexandra est attirée par les sports, extrêmes de préférence. À 8 ans, elle déménage au Maroc avec sa famille. À son retour, trois ans plus tard, elle entre à l’École de cirque de Québec. Elle y pratique plusieurs disciplines tout en continuant l’équitation classique et la voltige équestre. En 2008, elle intègre l’École nationale de cirque de Montréal, et c’est là qu’elle développe une passion pour la barre russe et le cerceau aérien.

Eric

Bates

Le cirque a toujours fait partie de la vie d'Eric, au même titre que ses passions pour le rugby, le ski ou le football. En 2008, sa vie prend un nouveau tour quand il quitte ses études de commerce à l’Université McGill pour intégrer l’École nationale de cirque de Montréal, une des meilleures décisions de sa vie. Sa spécialité : jongler avec des boîtes à cigares.

Le festival Montréal complètement cirque se tiendra du 5 au 15 juillet. Une vingtaine de spectacles réunissant plus de 140 artistes seront présentés.

Eric Bates en action