Hockey - Canada

À l'ombre des hommes

Nos blogueurs

Reportage de Patrick Henri

Depuis quelques jours, il est beaucoup question de l'équipe masculine de hockey, qui tenait son camp d'orientation à Calgary. Mais les membres de l'équipe féminine y sont aussi.

Si les joueurs qui ont participé au camp d'orientation de l'équipe masculine de hockey n'ont pas patiné durant leur séjour à Calgary, c'est tout le contraire pour les membres de l'équipe féminine.

« La semaine dernière, on était deux fois par jour sur la glace. Une session de deux heures, une session d'une heure et on s'entraînait deux fois hors glace, de une heure et demie à deux heures chaque entraînement », a dit Mélodie Daoust à Radio-Canada Sports.

Depuis le début du mois, 27 joueuses sont regroupées à Calgary. Elles sont presque toujours ensemble : « Ce n'est pas 24 heures sur 24, mais pas loin, a poursuivi l'attaquante. On habite toutes dans des maisons différentes avec les coéquipières qu'on voulait. C'était notre choix. On arrive ensemble ici le matin, on est séparées en groupes, mais on passe la journée ensemble à s'entraîner. »

Les membres de l'équipe masculine n'ont passé que trois jours à Calgary. Le nombre d'amateurs et de caméras qui ont suivi leurs faits et gestes a été plus important que ce que verront les membres de l'équipe féminine d'ici le début du tournoi olympique.

« Mais je pense que c'est normal, a dit Daoust. Les gars de la LNH sont suivis par beaucoup de médias. Les fans les attendent. Dans le fond, on essaie de montrer aux médias ce qu'on peut faire et on essaie de profiter de ce moment-là pour faire grandir notre sport. »

La présence des hommes à Calgary a forcé les femmes à céder leur vestiaire pour quelques jours, au déplaisir de celles qui l'occupaient jusque-là : « On n'était pas très heureuses de faire ça, a lâché la gardienne Charline Labonté. Nous on est ici, on s'entraîne tous les jours, mais on connaît la routine, on connaît comment ça se fait et ça fait partie de ce qu'on fait. »

Il y a une chose que l'équipe féminine partage avec l'équipe masculine : l'obligation de gagner.

« À chaque fois que tu portes le chandail du Canada, les attentes sont énormes, a souligné l'entraîneuse Danielle Goyette. Tout le monde vise la médaille d'or. Toutes les fois que t'as de la pression comme ça, ça te permet de performer mieux. Je pense qu'il n'y a personne qui se met autant de pression que les joueuses elles-mêmes. »

Les membres de l'équipe féminine vont quitter le Canada en direction de la Russie dimanche pour une série de matchs amicaux. Elles reviendront ensuite à Calgary pour une autre série de matchs, cette fois contre des garçons d'âge midget.

D'après un reportage de Patrick Henri.