Élections Québec 2012

Un attentat au rassemblement du PQ fait un mort

Melanie Julien
Radio-Canada

Info en continu

Tentative d'attentat pendant le discours de Pauline Marois

Un homme armé a pénétré au Métropolis, à Montréal, où avait lieu le rassemblement du Parti québécois qui célébrait sa victoire aux élections. Alors que la nouvelle première ministre Pauline Marois prononçait son discours peu avant minuit, le suspect a fait feu sur deux personnes.

Un homme de 48 ans est décédé sur place, tandis qu'un autre homme dans la trentaine a été transporté à l'hôpital pour traiter des blessures par balle, où il reposait dans un état grave, a déclaré le chef aux opérations d'Urgences-santé, Stéphane Smith.

Une troisième personne a été conduite à l'hôpital après avoir subi un choc nerveux, a-t-il ajouté. Aucun détail supplémentaire n'a été dévoilé par respect pour les familles des victimes, qui n'ont pas toutes été contactées.

Le suspect se serait introduit dans le vestibule arrière de l'édifice, avant de tirer plusieurs coups de feu. Il aurait ensuite allumé un incendie derrière le Métropolis avant de prendre la fuite à pied.

Vêtu d'une robe de chambre, l'homme encagoulé d'une cinquantaine d'années a rapidement été arrêté par les policiers. Avant d'être emmené au poste de police, le suspect a été entraîné menotté jusqu'à un véhicule en bafouillant des mots indistincts, ressemblant à « les Anglais se réveillent » ou « les Anglais sont arrivés ». « C'est la vengeance », a-t-il lancé.

Le suspect arrêté à la suite de la fusillade Le suspect arrêté à la suite de la fusillade

Les techniciens en identité judiciaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été dépêchés sur place et devaient passer une partie de la nuit à reconstituer la scène de crime. On ignore pour le moment les motifs de l'agression et le suspect ne serait pas connu des policiers.

Le SPVM a notamment demandé à voir les caméras de surveillance installées aux Habitations Jeanne-Mance, situées derrière le Métropolis, pour recueillir des indices.

Selon le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, plus d'une arme a été retrouvée sur place. L'unité des crimes majeurs du SPVM a ouvert une enquête pour ce qui pourrait « devenir le 22e homicide » à survenir sur le territoire de Montréal cette année.

Point de presse d'Urgences-santé et du SPVM

Le cameraman de Radio-Canada Martin Bouffard se tenait devant le Métropolis pour filmer l'arrivée de Pauline Marois lorsqu'il entendu une déflagration derrière l'immeuble, où il a constaté qu'il y avait un incendie important aux abords de l'entrée.

Selon lui, un imposant mur de feu bloquait la sortie que devait prendre la chef du PQ à la fin de son discours, avant que les flammes ne soient rapidement maîtrisées par les policiers.

Assistant à l'arrestation du suspect quelques minutes plus tard, M. Bouffard a constaté qu'une arme semi-automatique et une arme de poing jonchaient le sol à la droite de l'homme.

Le suspect a mis le feu au vestibule arrière du Métropolis Le suspect a mis le feu au vestibule arrière du Métropolis

Pauline Marois garde son sang-froid

La première ministre élue est « en bonne santé », a indiqué le SPVM. Pauline Marois a pu finir son discours à la hâte, avant d'être évacuée de la scène où elle s'adressait à ses militants.

Après avoir été emmenée rapidement dans les coulisses par deux de ses gardes du corps, Pauline Marois est retournée sur place, où elle a calmement demandé aux militants de quitter la salle. Toutefois, elle ignorait à ce moment que des coups de feu avaient été tirés.

Le maître de cérémonie de la soirée, Yves Desgagnés, est ensuite arrivé sur scène pour annoncer que le Métropolis devait être évacué, devant des partisans et des journalistes ébahis.

Tristesse et consternation

Le Parti québécois a réagi par voie de communiqué quelques heures après l'attentat. « Mes pensées vont d'abord à la famille et aux proches de la victime décédée. À la suite de cette tragédie, ce sont tous les Québécois qui sont en deuil aujourd'hui devant un tel acte de violence gratuite », a déclaré la première ministre élue, Pauline Marois.

« Jamais une société comme la nôtre ne laissera la violence dicter ses choix collectifs. C'est par la voix démocratique qu'il faut s'exprimer, comme les Québécois ont pu le faire [mardi] », a-t-elle ajouté, disant souhaiter que la personne blessée s'en sorte indemne.

La Coalition avenir Québec a qualifié l'attentat d'« incident déplorable » et s'est dite « soulagée que Mme Marois n'ait pas été blessée ».

« On est tous consternés par ce qui s'est produit », a indiqué Hugo D'amours, l'attaché de presse du chef libéral Jean Charest.

« Nous sommes consternés devant cette violence et nos pensées sont avec les victimes et leurs proches », a de son côté écrit sur Twitter Carl Vallée, l'attaché de presse du premier ministre Stephen Harper.

Par voie de communiqué, Québec solidaire a pour sa part fermement condamné cet acte et a indiqué offrir tout son soutien « aux familles » des victimes » et « aux membres du Parti québécois ».

Arme du suspect

Une nouvelle page d'histoire s'ouvre sur le Québec

Le discours de Mme Marois, au soir de la victoire, se voulait rassembleur et rassurant. « Un nouvel épisode de notre existence commence », avait déclaré la chef devant un parterre de partisans en liesse, ajoutant souhaiter que ce soit l'occasion pour tous de retrouver « notre fierté comme peuple ».

Promettant de gouverner avec humilité et écoute, la chef du Parti québécois a invité les autres partis à l'Assemblée nationale à mettre de côté les divisions pour se rassembler sur l'essentiel, qui, selon elle, est « notre fidélité commune » à la cause du Québec.

« « Je dis merci à vous tous, vous tous qui avez fait vivre la démocratie québécoise. Je serai la première ministre de tous les Québécois, y compris de la jeunesse québécoise. » » — Pauline Marois

« Il semble que Parti québécois dirigera un gouvernement minoritaire. Les Québécois ont fait leur choix et nous allons respecter ce choix en gouvernant avec tous les autres élus de l'Assemblée nationale », a-t-elle assuré.

Faisant appel à l'unité, elle s'est dite convaincue que tous les députés sauront trouver les compromis nécessaires « à la bonne marche de l'État ». S'adressant à tous les élus des différents partis, elle a souligné qu'il était grandement temps « de retrouver confiance en l'avenir et en nos institutions ».

« Le cynisme a perdu et c'est l'espoir qui a gagné. [...] Au-delà des résultats électoraux, il y a une victoire commune que nous devons savourer, celle de millions de Québécois qui ont exercé leur droit de vote. » — Pauline Marois
Le discours de Pauline Marois

« Je veux saluer les chefs de tous les partis, oui, même [Jean] Charest. Nous avons tous donné le meilleur de nous-mêmes. Ce soir, je crois que nous devons mettre le passé derrière nous et saluer l'homme qui a exercé cette fonction si exigeante pendant neuf ans », a souligné la chef péquiste.

Mme Marois a également souhaité la bienvenue à la présidente et coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David, qui fera son entrée à l'Assemblée nationale aux côtés du député de Mercier Amir Khadir.

« Et une autre page d'histoire s'ouvre sur l'histoire de notre peuple. Pour la première fois, le gouvernement du Québec sera dirigé par une femme! », s'est-elle réjouie, avant de rendre hommage « à toutes ces femmes d'aujourd'hui et d'hier qui portent la moitié du monde sur leurs épaules ».

« Je sais le poids de la responsabilité que j'assume désormais. J'accepte cette charge avec humilité, mais je l'accepte aussi avec beaucoup d'enthousiasme », a conclu Pauline Marois, réitérant avoir « la conviction que l'avenir du Québec est de devenir un pays souverain ».

Un texte de Melanie Julien