Élections Québec 2012

Crucifix : le maire de Saguenay s'en prend à la candidate péquiste Djemila Benhabib

François Messier
Radio-Canada

Info en continu

Le maire de Saguenay fait jaser tout le Québec

Le maire de Saguenay est outré qu'une candidate péquiste d'origine étrangère ose se prononcer contre le maintien du crucifix à l'Assemblée nationale.

Jean Tremblay a réagi avec virulence mardi soir aux propos que Djemila Benhabib a tenus en marge de l'annonce de Pauline Marois sur une charte de la laïcité que le Parti québécois s'engage à adopter s'il était porté au pouvoir.

Cette charte stipulerait notamment que les employés de l'État ne doivent pas porter de signes religieux « ostensibles » et que des prières ne peuvent être récitées avant l'ouverture d'un conseil municipal.

Le maire Tremblay, qui se bat ardemment en faveur de la prière au conseil, soutient qu'il respecterait une éventuelle charte de la laïcité. Il s'insurge cependant contre le fait que Mme Benhabib plaide en faveur du retrait du crucifix qui se trouve au-dessus du siège du président de l'Assemblée, une position pourtant rejetée haut et fort par Pauline Marois.

« C'est pas la charte comme telle. C'est de voir une personne - je ne suis même pas capable de prononcer son nom, d'Algérie, qui ne connaît pas notre culture, mais c'est elle qui va dicter les règles », s'est-il indigné.

« Pis je sais comment les Québécois sont mous. Ils vont tous se plier devant elle : "Ah oui! Elle, elle veut enlever les crucifix". Alors là, on va se plier devant ça », a poursuivi le maire Tremblay.

« « Vous savez, on devrait aussi enlever le drapeau du Québec. Vous regarderez la signification de la croix qu'il y a sur le drapeau du Québec. C'est vraiment la croix chrétienne. Jean Chrétien, il devrait changer son nom. Et René Lévesque, son nom vient de l'évêque, justement. » » — Le maire de Saguenay, Jean Tremblay
La candidate péquiste Djemila Benhabib La candidate péquiste Djemila Benhabib

En entrevue à RDI, Djemila Benhabib, qui vit au Québec depuis 15 ans, a fait preuve de retenue dans ses commentaires sur les propos du maire de Saguenay. « Je ne souhaite pas que cette campagne porte et se cristallise sur ma petite personne », a déclaré la candidate péquiste.

Mme Benhabib a parlé de la « pudeur » et du « respect » qu'elle devait à ses concitoyens, particulièrement ceux de Trois-Rivières, insistant pour dire qu'elle ne se laisserait pas distraire « par personne, par quiconque, par quoi que ce soit ».

Elle a réitéré qu'elle endossait l'intégralité du programme du Parti québécois. « Le passé, c'est le passé [...] Aujourd'hui, c'est le présent », a tranché la candidate. La veille, elle avait précisé qu'elle ne reniait pas ses convictions laïques et qu'elle était prête à les défendre au sein de son parti.

« « Le dénominateur commun entre ce parti et moi est énorme, et c'est une charte de la laïcité, qui va nous demander une pédagogie. C'est un dossier sensible. » » — Djemila Benhabib

En point de presse à Saint-Jérôme, mercredi, la chef du PQ, Pauline Marois, a demandé des excuses de Jean Tremblay, qualifiant ses propos d'« inacceptables » et d'« irresponsables ». Mme Marois a estimé que Djemila Benhabib est « exemplaire quant à son intégration ».

Le maire Tremblay a perdu sa bataille en faveur de la prière à l'hôtel de ville devant le Tribunal des droits de la personne. Il a porté sa cause devant la Cour d'appel, qui devrait entendre ses arguments l'an prochain.

Jean Tremblay a appuyé le Parti libéral du Québec lors de la campagne de 2008. Il ne s'est pas prononcé publiquement à ce sujet cette année.

Un article de François Messier, avec la collaboration de Marc-Antoine Ménard