Des centaines de matchs truqués

Reportage de Philippe Crépeau

Une vaste enquête portant sur les matchs truqués a permis de découvrir plus de 680 rencontres suspectes, dont certains matchs de qualification de la Coupe du monde et du Championnat d'Europe et deux de la Ligue des champions. Elle a aussi trouvé des preuves qu'un groupe criminel installé à Singapour y est étroitement impliqué.

L'enquête menée par Europol, agence européenne chargée de lutter contre la criminalité organisée, a trouvé 380 matchs truqués en Europe et 300 autres en dehors du continent, principalement en Afrique, en Asie ainsi qu'en Amérique du Sud et centrale.

« C'est une triste journée pour le soccer européen », a précisé Rob Wainwright, directeur d'Europol, dans une conférence de presse. Il a ajouté que les criminels tirent profit de la corruption au soccer « sur une échelle et d'une manière qui menace les bases même du sport ».

Europol a précisé que 425 arbitres, dirigeants de club, joueurs et criminels d'au moins 15 pays sont impliqués dans le trucage des matchs de soccer en Europe depuis 2008. L'agence a refusé de nommer les suspects, les équipes ou les matchs afin de ne pas nuire aux enquêtes policières nationales.

On ignore exactement combien des 680 matchs visés avaient précédemment été déterminés. Mais cette annonce très publique fait la lumière sur l'implication du monde interlope, qui mise sur les matchs truqués dans le but de récolter des profits énormes dans le monde.

L'enquête a permis d'avancer un chiffre de 8 millions d'euros (10,9 millions de dollars) en profits et de 2 millions d'euros (2,7 millions de dollars) en pots-de-vin versés aux joueurs et aux officiels. Elle a déjà conduit à plusieurs poursuites.

Ces chiffres sont très inférieurs à beaucoup d'estimations précédentes des montants d'argent engagés dans les matchs truqués et les paris sur ceux-ci. Mais les procureurs ont dit que ces montants ont été déterminés grâce à la saisie de 13 000 courriels, documents, enregistrements téléphoniques et enregistrements informatiques.

« Ce n'est que la pointe de l'iceberg », a déclaré l'enquêteur allemand Friedhelm Althans, qui a aussi souligné que deux matchs de qualification à la Coupe du monde en Afrique et un en Amérique centrale figuraient parmi ceux qui sont suspects.

(Associated Press)