Marie-Michèle Gagnon, la surprise

Marie-Michèle Gagnon. Marie-Michèle Gagnon.  Photo :  AFP/PHILIPPE DESMAZES

Marie-Michèle Gagnon viserait-elle un podium aux Jeux olympiques de Sotchi en super-combiné? À la suite de sa performance de dimanche, tout est possible.

Avec sa 5e position, la Québécoise a obtenu à Méribel le meilleur résultat de sa carrière dans cette épreuve, remportée par la reine Tina Maze.

Gagnon a inscrit un temps cumulatif de 2 min 1 s 36/100. Installée au 26e rang après la descente, elle a surpris tout le monde avec le 2e temps du slalom.

« Étant donné que je ne suis pas une spécialiste de la descente, mon but était de faire un top 30 à la première manche, a déclaré Gagnon. Ça s'est bien passé et je suis satisfaite de ma 26e place. Je savais que j'allais faire beaucoup mieux en slalom. »

En dépit de son excellent résultat en slalom, Gagnon estime qu'elle aurait pu en faire plus.

« Ma deuxième manche a été correcte, mais j'aurais pu attaquer pas mal plus, comme l'a fait (Michaela) Kirchgasser (médaillée de bronze et meilleur temps du slalom), qui n'est pas une descendeuse, elle non plus. »

« En me comparant à elle, je savais que ma ronde était moyenne. Si j'avais fait une performance incroyable, j'aurais pu faire un podium. Il y a sûrement des choses à corriger, mais je me suis certainement améliorée au cours de la semaine en descente. La position de mon corps est meilleure en attaque. »

Gagnon a pris part aux deux séances d'essais chronométrés en descente durant la semaine. Le Canada ne possédait qu'un seul quota pour la descente de Coupe du monde de samedi.

Les entraîneurs ont décidé de l'offrir à Gagnon au lieu de la spécialiste de la vitesse Larisa Yurkiw, afin de l'aider dans sa préparation pour le super-combiné.

La stratégie a été payante. Gagnon a pris le 5e rang, tandis que Yurkiw n'a pu terminer la descente du super-combiné.

Et Gagnon se met à rêver pour Sotchi...

En complément