Déception canadienne

Reportage de Mariève Côté

STONEHAM - Le temps a joué contre Jasey-Jay Anderson qui, à l'instar de ses coéquipiers, avait de grandes attentes pour la première épreuve alpine des Championnats du monde de surf des neiges présentés sur leurs terres, à Stoneham.

Un texte de Manon Gilbert

Mais l'avantage de la neige n'a pas joué en faveur des planchistes canadiens. Ils ont tous été éliminés dès les qualifications matinales du slalom géant en parallèle.

Benjamin Karl Benjamin Karl  Photo :  PC/Jacques Boissinot

C'est plutôt à Benjamin Karl que Stoneham a souri. Déjà sacré à La Molina en 2011, l'Autrichien de 27 ans a conservé son titre, le quatrième de sa carrière. En finale, Karl a largement dominé l'Italien Roland Fischnaller, médaillé de bronze en Espagne.

Le Russe Vic Wild a complété le podium. L'ex-Américain, marié à la planchiste russe Alena Zavarzina, championne du monde de la spécialité en 2011, a battu, au terme des deux manches, le Slovène Zan Kosir par 11 centièmes seulement.

Plaque problématique et manque de temps

Cinquième après la première manche dans le parcours rouge, Anderson a dû se contenter du 23e temps à son deuxième passage dans le bleu pour finalement conclure au 20e échelon avec un chrono cumulatif de 1 min 21 s 48/100, tout juste derrière son compatriote Matthew Morison (1:21,28).

Seuls les 16 premiers après la deuxième phase des qualifications accédaient aux huitièmes de finale.

« C'est dommage parce que j'avais de grands espoirs. Je me sentais bien, même si le corps n'est pas en super forme », a déclaré le vétéran de 37 ans qui avait dit mardi croire en ses chances de podium.

C'est une plaque beaucoup trop rigide qui a coulé le champion olympique, qui fabrique ses planches depuis deux semaines. Pourtant, en début de semaine, le Québécois vantait les mérites de sa plaque « parfaite », mais la fragilité du carbone l'a pris de court. À 16 h jeudi après-midi, il était contraint d'installer une nouvelle plaque de course... sans pouvoir la tester.

« Elle est belle, mais ça ne compte pas. Cette plaque-ci est bonne pour quelqu'un de 220 lb, mais pas pour moi à 175. Après mes deux descentes de qualifications, je savais quoi changer. J'espérais que celle-ci aille mieux. Je ne pense pas que j'aurais pu gagner avec celle que j'avais avant [NDLR : le début de la semaine] et tu viens aux Championnats du monde pour gagner. »

Jasey-Jay Anderson Jasey-Jay Anderson  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Le sextuple gagnant du globe de cristal s'attaque maintenant au slalom de dimanche. Dès vendredi après-midi, il reprenait les pentes d'assaut pour tester son équipement. Mais déjà, il est sur une bonne piste. Sa 4e place au slalom de la Coupe Nor-Am dimanche dernier au Relais de Lac-Beauport lui donne confiance.

De son côté, Michael Lambert, 9e après la manche initiale, descendait à fond de train quand un problème technique l'a contraint à l'abandon. Sa botte a touché la neige pour sortir illico de la fixation.

Une deuxième déception pour le Torontois après le retrait du petit saut à la fin du parcours. Les organisateurs avaient joué d'audace en ajoutant un rouleau de 3-4 portes avant l'arrivée, mais il paraît que les Européens n'ont pas apprécié.

« Il y a seulement les Canadiens et les Autrichiens qui ont voté pour le conserver. J'imagine que nous étions les seuls qui n'avaient pas peur », a dit Lambert.

Quant à Steve Barlow, 20e, sa course s'est arrêtée dès la première qualification, puisque les 16 premiers de chaque parcours avançaient. Le planchiste de Courtice (Ontario) a finalement fini 37e.

Calvé déçue

Chez les femmes, la journée a aussi tourné à la débandade. Seules deux Canadiennes ont goûté au deuxième parcours. L'Albertaine Ekaterina Zavialova (1 :30,97) a obtenu le meilleur résultat des représentantes de l'unifolié avec une 24e place. L'Ontarienne Marianne Leeson (1 :34,07) filait vers les huitièmes de finale quand une chute a mis fin à ses espoirs, ce qui lui a valu la 31e position.

La Canadienne Caroline Calvé à Stoneham La Canadienne Caroline Calvé  Photo :  PC/Jacques Boissinot

La Québécoise Caroline Calvé, elle, a raté la seconde manche par 22 centièmes et elle a dû se contenter du 34e rang. Puis, Ariane Lavigne a chuté dès son premier essai pour se classer 38e.

La pression n'a pas nui à Calvé, mais l'adaptation à la neige, plus abrasive en raison du froid, lui a causé des maux de tête. Une solide prise de carre, et sa planche s'est dérobée sous le coup de son impulsion.

La déception était telle qu'elle ne pouvait trouver un adjectif pour la qualifier.

« C'est quoi le plus qu'on peut être déçue? Je suis super déçue, mais ça fait partie de la game. On en perd plus qu'on en gagne dans nos carrières, a indiqué l'athlète d'Aylmer. J'aurais aimé ça bien faire pour ma famille. »

Comme le slalom n'est pas sa discipline de prédilection, Calvé ne s'attend pas à grand-chose pour dimanche. Elle devrait peut-être les revoir à la hausse, puisque lors de la dernière Coupe de monde, il y a deux semaines à Bad Gastein, elle a conclu en 9e place.

Le titre mondial a été l'affaire de l'Allemande Isabella Laböck. Elle a triomphé de l'Autrichienne Julia Dujmovits, jamais sortie du top 10 en Coupe du monde depuis deux ans. Amelie Kober, une autre Allemande et médaillée d'argent aux Jeux de Turin, a décroché le bronze.

Les mondiaux se poursuivent avec les finales de snowboard cross samedi. Les Canadiennes Maëlle Ricker et Dominique Maltais avaient dominé les qualifications jeudi.

En complément