La retraite pour Kelly VanderBeek

Kelly VanderBeek Kelly VanderBeek  Photo :  PC/DARRYL DYCK

La skieuse de descente et de super-G Kelly VanderBeek, première Canadienne à monter sur le podium en Coupe du monde à Lake Louise, a annoncé sa retraite après 12 ans de carrière.

L'athlète de 29 ans a fait cette annonce à la petite station de ski de Chicopee, tout près de Kitchener. VanderBeek est née à Kapuskasing et elle s'est installée à Kitchener avec sa famille à l'âge de 7 ans.

Elle était accompagnée de son mari David Ford, quintuple membre de l'équipe olympique canadienne de kayak.

« C'est ici que le rêve olympique a commencé pour moi. Il me semble donc indiqué que je fasse cette annonce ici, a dit VanderBeek.

« Tout skieur s'attend à composer avec des blessures, mais les séquelles de celle subie en 2009 ont été importantes. J'ai toujours cru que je pouvais revenir à la compétition et je suis fière d'y être parvenue.

« Malheureusement, j'ai décidé de faire l'impasse sur les Jeux olympiques de Sotchi, car mon genou n'est pas à son mieux. D'un même souffle, je me dis que je ne regrette pas une seconde tout ce que j'ai vécu au cours des trois dernières années. »

« Sotchi était certainement dans ma ligne de mire et c'est ce qui m'a poussé à continuer aussi longtemps. Je visais haut et c'est un peu la façon dont je vis ma vie. Vous visez le sommet et il arrive de ne pas y parvenir, mais cela n'enlève aucune valeur à vos efforts. »

Gagner et non participer à Sotchi

Kelly VanderBeek Kelly VanderBeek  Photo :  PC/Frank Gunn

VanderBeek a subi une terrible blessure à un genou lors d'une descente d'entraînement à Val-d'Isère en décembre 2009. Elle s'est déchirée les ligament antérieur et postérieur croisés, le ligament collatéral médial, ainsi que le ménisque. Au lieu de participer aux JO de Vancouver, elle s'est contentée du rôle d'analyste à la télévision. Et elle a excellé.

« Indiscutablement, rater Vancouver a été la pire déception après toutes les années d'entraînement en vue de l'obtention d'une médaille. J'ai travaillé pour la télévision et cela s'est bien passé. On dit que lorsqu'une porte se ferme, une autre s'ouvre. »

VanderBeek a couronné son retour en janvier 2012. Elle a participé à quatre Coupes du monde au début 2012, dont l'épreuve test à Sotchi, et elle a passé l'été à se maintenir en forme en vue d'un éventuel retour permanent dans le cirque blanc.

« Ma jambe est complètement retapée, elle est en santé et j'en suis très heureuse. Mais je n'ai pas uniquement besoin d'un genou qui me permet de glisser vers le bas de la montagne, mais d'un genou qui me permet de dévaler vers le bas la montagne plus vite que les meilleures skieuses au monde.

« Le temps joue contre moi. Je ne voulais pas faire de la participation à Sotchi. Je voulais gagner. »

VanderBeek met un terme à sa carrière après avoir obtenu trois podiums sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin et une 4e place au super-G des JO de Turin, en 2006, à 3 centièmes de seconde du podium.

Elle a terminé une épreuve parmi les 10 premières pas moins de 20 fois au cours de sa carrière, et elle a participé à 4 Championnats du monde de ski.