Gerrits touche l'argent

Gerrits touche l'argent

VAL SAINT-CÔME - Travis Gerrits en rêvait depuis 15 ans de son premier podium en Coupe du monde. Et il ne pouvait choisir meilleur endroit que Val Saint-Côme, samedi, devant parents et amis pour réaliser ses ambitions.

Un texte de Manon Gilbert

Malgré l'épais brouillard qui recouvrait la montagne de Lanaudière et qui a causé bien des maux de tête aux concurrents lors des atterrissages, le Canadien de 21 ans a connu une journée parfaite durant laquelle il n'a cessé de progresser.

Cinquième des qualifications et 3e de la finale, Gerrits a finalement arraché la médaille d'argent en super finale grâce à un score de 114,61. Un résultat qui l'a propulsé au 2e rang du classement général, avec un recul de 31 points sur le Chinois et meneur Jia Zongyang, 6e du jour.

« Je suis super content. Mon premier podium au Canada, au Québec, c'est malade. J'ai fait trois périlleux avec trois vrilles [NDLR : finale et super finale, mais deux sauts différents], ce sont des sauts avec un coefficient de difficulté moindre, mais ça c'est super bien passé », a expliqué l'Ontarien dans un français impeccable.

Neuvième la semaine dernière à la première épreuve de la saison à Changchun, en Chine, Gerrits n'a jamais pu talonner le vétéran Dmitri Dashinski.

Travis Gerrits Travis Gerrits  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Le Bélarussien de 35 ans a prouvé qu'il fallait encore compter sur lui. Contrairement à Gerrits, le médaillé d'argent aux Jeux olympiques de Turin et de bronze à Nagano a ajouté une vrille supplémentaire à ses sauts pour se hisser sur la plus haute marche du podium avec 120,24 points.

Le Chinois Zhou Hang (100,45) a décroché le bronze.

Cette 2e place a insufflé une bonne dose de confiance à Gerrits. Par contre, il devra absolument sortir l'artillerie lourde le week-end prochain à Lake Placid, où se tiendront deux épreuves de sauts, soit les deux premières des cinq compétitions qualificatives cette saison pour les Jeux olympiques de Sotchi.

Gerrits se lancera dans la cour des grands avec un saut de quatre vrilles qu'il a déjà effectué sur la neige. Il l'aurait bien tenté ce week-end, mais comme il ressentait encore l'effet du décalage horaire avec la Chine, il préférait jouer de prudence... D'autant plus que sa saison avait pris fin l'an dernier à Lake Placid en raison de la déchirure de son ménisque et de son ligament collatéral médial.

« La saison est déjà commencée, mais les vraies choses commencent la semaine prochaine avec les qualifications olympiques. Il faut sortir de plus gros sauts. Je ne crains pas de retourner à Lake Placid, je vais prendre ma revanche », assure le médaillé d'argent.

La malchance de Rochon

Champion de la Coupe du monde la saison dernière, le Québécois Olivier Rochon (99,12) a commis une légère faute de carres à l'atterrissage pour conclure en 8e place. Son coéquipier Jean-Christiophe André (83,43), qui a lui aussi chuté à la réception de son saut, a suivi en 11e position.

Olivier Rochon Olivier Rochon  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Pourtant, Rochon, 6e des qualifications, semblait filer directement vers la super finale avec son solide triple périlleux avec quatre vrilles, dont deux dans le second périlleux, et un atterrissage sur les deux skis.

« La neige collait un peu plus, donc je suis parti d'un peu plus haut pour avoir la vitesse que je voulais. J'ai eu un bon saut. Mais je suis atterri profondément et j'ai plié les genoux. Mes skis se sont écartés et en voulant les ramener dans cette neige molle, j'ai eu une petite malchance », a expliqué le Gatinois, 3e en Chine.

À l'instar de Gerrits, Rochon se donnera des munitions supplémentaires à Lake Placid. Il a bien l'intention de faire le baptême en compétition de son triple périlleux avec deux vrilles dans le premier et une dans les deux autres.

L'autre représentant de l'unifolié inscrit à cette seule épreuve de saut en sol canadien, le Québécois Dave Blais (81,78), a terminé 22e à sa première Coupe du monde.

Guérin reléguée à un rôle de spectatrice

Chez les femmes, Sabrina Guérin n'a pas été perturbée par le brouillard.

Mais une mauvaise sortie du tremplin lui a enlevé tout espoir de participer à la finale des sauts en après-midi. Seule Canadienne en lice, Guérin a finalement conclu au 18e rang sur 20 concurrentes avec un score de 48,82.

Sabrina Guérin Sabrina Guérin  Photo :  PC/Jeff McIntosh

« À l'entraînement, ça allait bien. Il n'y a pas de vent, donc les conditions n'étaient pas trop difficiles. J'ai plié les jambes dès la sortie de saut et dans les airs, ce n'était pas super bon. À l'atterrissage, j'ai essayé de le sauver, mais ça n'a pas marché », a expliqué la Québécoise qui a chuté à la réception du saut.

Absente de la compétition la saison dernière en raison d'une déchirure du tendon d'Achille, Guérin entend bien se reprendre le week-end prochain à Lake Placid.

L'athlète de 27 ans testera d'ailleurs, pour la première fois, un nouveau saut avec trois vrilles, mais à l'entraînement seulement parce qu'elle ne l'a jamais encore essayé sur la neige.

C'est la Chinoise Xu Mengtao (104,5) a décroché l'or pour savourer sa deuxième victoire de suite. Xu avait failli rater la finale après s'être qualifiée 12e et dernière. Comme à Changchun, elle a devancé la championne olympique Lydia Lassila (95,52). L'Australienne revient sur le circuit de la Coupe du monde après une absence de deux saisons durant lesquelles elle en a profité pour donner naissance à un garçon maintenant âgé de 20 mois.

Une autre Chinoise, Yang Yu (91,29), est montée sur la troisième marche du podium.