Olivier Rochon, un homme de défis

Olivier Rochon Olivier Rochon  Photo :  PC/Mike Ridewood (Association canadienne de ski acrobatique)

Olivier Rochon a amorcé la saison de sauts en ski acrobatique comme il l'avait terminée en mars dernier.

Un texte de Manon Gilbert

Gagnant du petit globe de cristal de la spécialité, le Canadien est monté sur la troisième marche du podium dimanche, à Changchun, en Chine. Une performance qu'il espère bien répéter, voire améliorer, samedi devant les siens à la Coupe du monde de Val Saint-Côme, seule étape canadienne pour les sauts depuis l'annulation de l'épreuve à Calgary à la fin du mois.

Notons que Val Saint-Côme ne présente que les sauts, tandis que les bosses sont l'affaire de Calgary.

« En Chine, on avait pris une approche plus axée sur l'entraînement, étant donné qu'on avait raté quelques jours d'entraînement lors de notre camp dans l'Ouest [NDLR : en novembre et décembre] à cause de la température. On n'avait pas pratiqué beaucoup nos sauts de compétition. Donc, avec une approche relaxe comme celle-là, c'est excellent d'arriver 3e », a indiqué Rochon.

Cette saison, la priorité du Québécois est d'obtenir sa qualification pour les Jeux olympiques de Sotchi. Pour ce faire, il doit obtenir deux podiums et un résultat parmi les 16 premiers dans 5 compétitions ciblées. Et l'un de ces trois résultats doit être réussi dans l'épreuve test à Sotchi en février ou lors des Championnats du monde en mars.

Le globe de cristal, ce sera un petit bonus! L'an dernier, c'était plutôt une surprise après son année de suspension.

« Oui, je suis numéro un mondial, mais il y a aussi les Chinois qui sont extrêmement forts et qui, l'an dernier, avaient décidé de ne pas faire deux ou trois compétitions. Je suis fier de l'avoir gagné, mais c'est sûr que j'ai encore du travail à faire et des choses à améliorer.

« Cette année, si j'arrive encore à le gagner, ce sera encore plus satisfaisant parce que ça voudra dire que je serai rendu au même niveau international que ces gars-là. »

Trois nouveaux sauts

rochon_mont-gabriel Olivier Rochon  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Pour rivaliser avec l'armada chinoise, le sauteur de 23 ans a travaillé sur trois sauts au coefficient plus élevé durant l'été. En Chine, il n'a pas sorti l'artillerie lourde, puisque la constance n'est pas encore au rendez-vous en raison du manque d'entraînement.

Mais il entend bien ajouter son triple périlleux arrière avec quatre vrilles, dont deux dans le premier périlleux, ou celui avec deux vrilles dans le dernier périlleux dans les Coupes du monde à venir. D'autant plus que la semaine prochaine, les deux épreuves de Lake Placid servent de qualifications pour la Russie.

« Je vais être beaucoup plus compétitif quand je vais arriver en finale. Je vais être plus de calibre, assure l'ancien gymnaste. L'an passé, j'avais seulement un saut avec quatre vrilles [NDLR : dans le 2e périlleux] contre des vétérans qui avaient de plus gros sauts dans leurs poches. Un camp d'un mois et demi, ça paraît long, mais ça ne l'est pas pour faire trois sauts que tu n'as jamais faits sur la neige. C'était un défi difficile, mais j'aime les défis. »

La saison prochaine, le Gatinois espère bien maîtriser le saut qui avait valu une note parfaite et la médaille d'or à son ancien coéquipier Warren Shouldice aux mondiaux de 2011 : un lay-triple full-full dans le jargon du métier ou si vous préférez, un triple périlleux avec aucune vrille dans le premier périlleux, trois dans le second et une dans le dernier.

« Quand j'ai vu ce saut-là, je me suis dit qu'il fallait que je le fasse. C'est un saut que j'avais essayé dans les années précédentes, mais que je n'arrivais pas vraiment à faire. Cette année, on a travaillé la technique et j'ai réussi à le maîtriser. Si j'arrivais à faire un saut comme Warren, ce serait super. »

Reconnu pour son calme olympien et son approche détendue, Rochon n'a pas l'intention de commencer à se faire du mauvais sang parce que les Jeux olympiques sont dans un an. Sa philosophie de bon vivant, il entend bien qu'elle le suive jusqu'à Sotchi.

« Quand je me pose trop de questions, que je pense à ce que je dois faire ou à comment sauter, je ne réussis pas. Il faut que je relaxe et quand c'est à moi, je ferme les portes, je regarde devant et la concentration est extrême. »

Outre Rochon, le Québécois Jean-Christophe André, l'Albertain Jon Vellner et l'Ontarien Travis Gerrits feront partie du contingent canadien à Val Saint-Côme. La Lavalloise Sabrina Guérin sera l'unique représentante de l'unifolié chez les femmes.