« Dans ma tête, j'ai été le meilleur aujourd'hui » - Guay

Erik Guay Erik Guay  Photo :  Alessandro Trovati

Erik Guay s'est fait souffler la victoire samedi par deux adversaires partis au-delà des 30 premiers lors de la descente de la Coupe du monde de Val Gardena, perturbée par le mauvais temps.

Sur un tracé raccourci, Guay était bien installé dans le siège du meneur jusqu'à ce que le 35e skieur, le Slovène Rok Perko, et le 39e, l'Américain Steven Nyman, l'en délogent. Le Canadien a finalement terminé 3e.

Nyman s'est imposé avec un temps de 1 min 28 s 82/100. Il a devancé Perko (1:29,01) par 13 centièmes et Guay (1:29,06), le champion du monde de descente en titre, par 18 centièmes.

Nyman, 30 ans, a signé sa deuxième victoire sur le circuit mondial, après un premier succès à Val Gardena en 2006.

Manuel Osborne-Paradis a également connu une bonne journée avec une 7e place. Jan Hudec (35e), John Kuchera (42e), Benjamin Thomas (49e) et Dustin Cook (53e) ont bouclé l'épreuve loin du podium pour le Canada.

Rapide dans le brouillard

Parti 20e, Guay, de Mont-Tremblant, a été très rapide dans la dernière section et s'est emparé du sommet du classement provisoire malgré le brouillard.

Sur le podium pour la première fois depuis sa 3e place à la descente de Chamonix en février dernier, Guay s'est fait philosophe sur Twitter : « Troisième, c'est mieux que quatrième. Quelle journée! »

« Plus que deux podiums, Steve », a ajouté le Québécois en référence au record de 20 médailles obtenues par le Canadien Steve Podborski en Coupe du monde. Guay compte maintenant 18 podiums.

« Depuis le début de saison, je savais que je skiais très bien. J'ai eu de très bons temps intermédiaires, mais je n'ai pas pu faire une manche à mon goût, du départ jusqu'à l'arrivée », a expliqué Guay lors d'une conférence téléphonique.

« Je pense que j'aurais pu gagner, mais ça s'est dégagé et les conditions sont devenues plus rapides. Dans ma tête, j'ai été le meilleur aujourd'hui. »

« Je suis bien sorti du Ciaslat, avec le maximum de vitesse, ce qui m'a permis de récupérer des rangs dans la dernière section de glisse. »

Nyman, qui est monté pour la quatrième fois de sa carrière sur un podium de Coupe du monde, a lui aussi profité de l'amélioration des conditions de course pour les dossards les plus élevés.

L'Américain a bénéficié de meilleures conditions de glisse et surtout de visibilité, avec la disparition quasi totale du brouillard au moment de son passage.

« Je crois que seuls mes proches auraient pu parier sur ma victoire, a souligné Nyman. J'ai su saisir l'occasion. J'avais réalisé deux bons entraînements et puis c'est une piste qui me plaît. »

Perko, l'autre bénéficiaire de ce changement, n'était jamais monté sur un podium du grand cirque blanc.

Svindal 5e

Le Norvégien Aksel Lund Svindal, vainqueur la veille du super-G de Val Gardena et meneur de la Coupe du monde, a signé le 5e chrono à 45 centièmes de Nyman.

Le déroulement de la descente de Val Gardena sur la mythique Saslong a été perturbé par le brouillard et les chutes de neige. Le départ a été reprogrammé à plusieurs reprises.

Le départ de la descente a finalement été donné non sans plusieurs interruptions sur un tracé raccourci, tout en conservant ses principales difficultés, comme le Camel et le Ciaslat.

« Nous sommes partis pas mal plus bas, a confirmé Guay. Nous n'avons pas eu le temps de faire deux manches, mais c'était dans les plans. Souvent, des gars reviennent de loin quand la météo se dégage un peu, et c'est exactement ce qui est arrivé aujourd'hui.

« C'était une course très éprouvante pour les nerfs. Maintenant, en direction pour le pays pour Noël. Ça va être court avec la descente de Bormio qui arrivera vite (29 décembre). »