Un duo en devenir

Andrei Markov Andrei Markov  Photo :  AFP/Al Bello/ Getty Images

P.K. Subban et Josh Gorges semblent inséparables. Francis Bouillon semble destiné à jouer avec les nouveaux venus ou les recrues. Alexei Emelin est blessé. Reste donc Raphael Diaz et Andrei Markov...

Il semble un peu que ce soit de cette façon que le Suisse et le Russe aient été amenés à jouer ensemble en ce camp préparatoire. Mais peu importe la façon, un fait demeure : ils seront appelés à jouer le rôle de deuxième duo de défenseurs de l'équipe, derrière Gorges et Subban.

Les deux hommes ont des personnalités aux antipodes. D'un côté, l'affable Diaz, un joueur qui serait sans doute plus bavard auprès des membres des médias si son anglais ne le limitait pas autant. De l'autre, le taciturne Markov, une véritable boîte à surprise en entrevue. Une simple question sur leur travail ensemble en dit long sur leurs caractères différents.

« Nous sommes des soldats. Peu importe qui est ton partenaire, tu dois faire ton travail. On travaille tous dans le même système », a répondu Markov.

« J'aime jouer avec lui. Il est tellement bon avec la rondelle, il lit bien le jeu, a pour sa part répondu Diaz. On a une bonne chimie. On essaie aussi de générer de l'attaque. Et c'est un bon gars à l'extérieur de la patinoire. C'est important de se parler. »

Sur la glace, il est encore tôt pour évaluer le duo. En deux matchs, ils n'ont toujours pas accordé de but et ils ont produit l'unique filet du CH samedi, dans la défaite de 3-1 contre les Hurricanes.

Sur le plan individuel, Diaz n'a rien cassé au camp jusqu'ici, tandis que Markov a connu quelques ratés samedi. Il a nettement mieux paru lundi contre les Devils.

« On leur donnera encore du temps. Je crois beaucoup en la stabilité, tant que les résultats sont là. Je veux qu'ils se connaissent plus », a mentionné Michel Therrien.

Ce tandem sera-t-il éphémère? Emelin pourrait en effet revenir au jeu en novembre.

Bilan médical lourd

Dans les deux cas, on sent que l'entraînement estival était au centre des préoccupations.

Si Markov a disputé les 48 matchs des siens la saison dernière, il ne faut pas oublier qu'il a connu ses difficultés en deuxième moitié de saison. C'était normal pour un athlète qui n'avait joué que 20 matchs dans les 2 saisons précédentes. « Il a connu tout un départ, mais le calendrier était difficile », racontait Therrien après le match de lundi.

« J'étais juste heureux d'être en santé et de m'entraîner comme une personne normale, a expliqué Markov au sujet de son été. Mais c'est du hockey, il peut survenir n'importe quoi la semaine prochaine. »

Diaz tentera quant à lui de disputer une première saison complète depuis son arrivée en Amérique du Nord. Sa saison 2011-2012 avait pris fin le 28 février à cause d'une blessure à l'aine, tandis qu'une commotion cérébrale l'a privé de 25 rencontres la saison dernière.

« Je veux être plus fort. Le genre de joueur que je suis, je dois être rapide dans les coins pour récupérer les rondelles », a expliqué le numéro 61.

« Je m'attends à ce qu'il progresse, a ajouté Therrien. Il connaît plus la ligue. La confiance est importante. On voit qu'il est plus fort physiquement et qu'il joue avec plus de confiance. On s'attend à ce qu'il monte d'un cran. Quand il le fera, on lui donnera plus de responsabilités. »

Tant Diaz que Markov joueront également dans l'espoir de dénicher un contrat pour la saison prochaine. Les deux arrières deviendront joueurs autonomes sans compensation en juillet 2014 s'ils ne s'entendent pas avec Marc Bergevin d'ici là.

À lire aussi : Budaj mercredi, Gionta jeudi