Canadien saison 2013, au jeu!

« Le 61 est à blâmer » - MacLean

Lars Eller Lars Eller  Photo :  PC/Graham Hughes

Paul MacLean a été plutôt limpide dans son analyse de la séquence qui a mené à la grave blessure à Lars Eller, après la victoire de 4-2 des Sénateurs sur le Canadien, jeudi, dans le premier match de la série de premier tour.

« Si je suis Eller, je suis très fâché contre le 61 (Raphael Diaz), peu importe son nom, a lancé l'entraîneur-chef vainqueur. Il m'a passé la rondelle au milieu de la patinoire quand je ne regardais pas. Ç'a toujours été dangereux. Depuis que je joue au hockey, c'est un endroit dangereux. De mauvaises choses vont arriver. »

C'est ainsi que MacLean a commenté ce jeu qui a jeté un froid dans le Centre Bell, à 13:28 de la deuxième période. Dans une sortie de zone, Diaz, profondément dans son territoire, a refilé la rondelle à Eller, posté au milieu de la patinoire à sa ligne bleue. Le défenseur Eric Gryba l'attendait dans le détour et lui a donné un coup d'épaule à la tête.

Eller est tombé face première contre la patinoire. Dès l'impact, une première tache de sang est apparue sur la glace. La tache est devenue une mare quelques instants plus tard et Eller a été évacué sur une civière.

Après le match, le Canadien a confirmé que le numéro 81 avait subi une commotion cérébrale avec perte de conscience, de même que des fractures au visage. Le Danois passera la nuit de jeudi à vendredi à l'hôpital.

De l'avis de plusieurs, il s'agissait d'une passe-suicide. MacLean, qui a joué 719 matchs dans la LNH dans les années 1980, pensait ainsi.

« C'est un jeu qui a mal fini pour Eller, a ajouté l'entraîneur moustachu. Scott Stevens, Doug Harvey, Gord Kluzak... ce jeu est aussi vieux que le hockey. Je me suis toujours fait dire de ne pas aller là si je ne regarde pas.

« Le 61 est à blâmer. »

Les regrets de Diaz

De son côté, Diaz cachait mal son inconfort.

« Si j'avais su que Gryba s'en venait, je n'aurais jamais fait cette passe, a raconté le défenseur suisse. J'ai vu qu'il était libre, je voulais lui faire une passe pour lancer l'attaque. »

Diaz a indiqué ne pas avoir vu la reprise de l'incident. Souhaite-t-il la revoir?

« C'est dur à dire. J'imagine que pour une raison ou une autre, je la reverrai. Mais ce n'est pas agréable de voir des choses comme ça. C'est dur de voir un coéquipier dans une telle situation. »

« Je ne blâmerai pas Raphael », a simplement commenté Michel Therrien.

Suspension à venir?

Si les circonstances qui ont mené au coup ne sont pas la faute de Gryba, certains croient toutefois que le joueur pourrait être suspendu. La tête d'Eller semblait en effet être le point de contact principal.

« Je l'ai vu en direct, ça s'est passé vite, a raconté l'attaquant du Canadien Rene Bourque. Je ne sais pas si c'était un coup à la tête, mais évidemment, c'était le genre de coup qu'on veut éliminer. »

De son côté, Michel Therrien a été avare de commentaires au sujet de l'incident.

« Je ne veux pas commenter ce jeu, on n'a pas le droit. On va laisser la ligue prendre la décision. On a tous vu le coup. Je suis sûr que la ligue va le revoir. »

Gryba devra expliquer son geste au département de la sécurité des joueurs vendredi midi (HAE).