Canadien saison 2013, au jeu!

La volée

Déconfiture

Le Canadien avait joué jusqu'ici de mauvaises périodes de temps à autre. Mais pas encore un mauvais match en entier.

C'était vrai jusqu'à samedi soir. Dans un match où 116 minutes de pénalité ont été décernées, les Maple Leafs de Toronto (7-5-0) ont servi une bastonnade au Canadien (6-4-1), au compte de 6-0, à Montréal.

Le Tricolore subit une troisième défaite de suite. Il s'agit de son revers le plus cinglant depuis un échec de 7-0 aux mains des Bruins de Boston le 24 mars 2011. Et évidemment, pas le genre de match à rendre un entraîneur bien bavard...

« C'était une mauvaise performance de notre équipe, aucun doute. On va trouver les solutions et s'assurer que ça ne se reproduise pas. »

On peut parler d'une volée dans tous les sens du terme. Au pointage, il n'y avait pas encore sept minutes écoulées au match que le Tricolore était déclassé. Des passes dans le vide, de mauvaises couvertures défensives, des tonnes de mises au jeu perdues, un joueur qui oublie de sauter sur la glace et des attaques trop peu menaçantes ont mené les hommes de Michel Therrien dans l'impasse.

Physiquement, un joueur de 1,75 m, Brendan Gallagher, a été la présence la plus menaçante pour le CH. Brandon Prust s'est courageusement battu contre Mark Fraser, mais a reçu son lot de coups. Le robuste Alexei Emelin s'est fait servir sa propre médecine par Nazem Kadri, Max Pacioretty s'est fait mordre par Mikhail Grabovski, et Raphael Diaz est même rentré au vestiaire en boitant en deuxième période. Quand on parle de volée...

Un fait demeure : après un tel résultat, après trois combats en troisième période, après une tentative de coup de genou de Colton Orr sur Tomas Plekanec, la rivalité entre les deux éternels ennemis est bel et bien vive.

« Je connaissais la rivalité, mais d'en faire partie, je vais m'en souvenir, a mentionné Gallagher. On a souvent affronté les Marlies dans la Ligue américaine. Cette rivalité était forte, cette haine entre Montréal et Toronto est là. Mais ce soir, on n'était pas assez bons dès le départ. »

Therrien a par ailleurs indiqué qu'il souhaitait que la morsure de Grabovski et la tentative de coup de genou d'Orr soient revues par la Ligue nationale.

Les vétérans au neutre

Le Tricolore a connu de loin son pire début de match de la saison. On en a vu un premier signe après seulement 59 secondes, quand Leo Komarov a ouvert la marque sur une descente à deux contre un avec Nikolai Kulemin. Ce dernier a battu Andrei Markov de vitesse pour préparer le but.

Il s'agissait d'un premier but dans la LNH pour Komarov, le premier joueur natif de l'Estonie de l'histoire de la LNH.

Tyler Bozak a doublé l'avance des visiteurs cinq minutes plus tard, cette fois après avoir échappé à l'attention d'un autre vétéran, Erik Cole. Le numéro 72 du CH avait perdu la mise au jeu quelques secondes plus tôt, également contre Bozak.

James van Riemsdyk et Phil Kessel ont ajouté à l'avance des Leafs en deuxième période, avant de voir Korbinian Holzer et Dion Phaneuf ajouter au calvaire des Montréalais.

Carey Price a accordé les 6 buts sur 27 tirs, mais était condamné à l'impossible derrière une équipe aussi désorganisée. James Reimer a signé le jeu blanc pour les Leafs avec une performance de 37 arrêts, dont plusieurs sur des tirs de loin. « On n'avait pas de présence au filet », a estimé Therrien.

Des expériences

Cole a d'ailleurs payé pour son jeu inerte en première période. Il a d'abord été relégué au quatrième trio et a été remplacé tour à tour par Prust, Travis Moen et Gallagher, aux côtés de Pacioretty et de David Desharnais.

Par après, on l'a vu plus régulièrement avec Prust et Alex Galchenyuk. Il a passé 11 min 9 s sur la patinoire, sa plus faible utilisation depuis le 22 octobre 2011, quand il avait joué une seconde de moins.

Sans surprise, Ryan White a été laissé de côté pour cet affrontement, tandis que Moen est revenu au jeu après un match d'absence.

En complément