Canadien saison 2013, au jeu!

Coûteuse indiscipline

Faits saillants, réactions et analyse

Le temps d'une période mercredi, à Ottawa, le Canadien a retrouvé les airs de l'équipe de dernière place qu'il formait l'an passé.

Des Sénateurs (5-1-1) amoindris ont explosé avec trois buts en 3 min 35 s en deuxième période, en route vers un gain de 5-1.

Le Tricolore voit sa séquence de victoires s'arrêter à quatre.

L'indiscipline de Ryan White a fait basculer ce qui était jusque-là un duel équilibré entre les deux rivaux de la Division nord-est. Avec une marque égale à 1-1, le fougueux attaquant a été pris en défaut pour rudesse. Furieux, White a servi, du banc des punitions, une logorrhée aux officiels. Les deux mots les plus répétés se lisaient assez clairement sur les lèvres du numéro 53.

Cet excès de colère lui a valu deux minutes additionnelles pour conduite antisportive.

« La punition pour conduite antisportive de White est inacceptable. Elle nous a brisé les reins », a dit l'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien. Il n'en était pas à un premier avertissement envers White au sujet de la discipline.

« Les émotions ont pris le dessus, a reconnu White. Je bataillais pour la rondelle et je croyais que mon bâton était retenu le long de la rampe. J'aimerais revoir la séquence, mais c'est correct, je dois mieux me contrôler. »

Questionné à savoir s'il devra prendre des mesures contre White, Therrien a répondu un « Ouin » dur à décoder.

Unités spéciales en déroute

Les Sénateurs ont profité de ce double avantage numérique pour marquer pas un, mais deux buts, du vieux Daniel Alfredsson et du jeune Mika Zibanejad. C'était un premier cette saison pour le vétéran et un premier dans la LNH pour la recrue.

Le Canadien a accordé deux buts en cinq désavantages numériques, et il en a marqué un seul en six attaques massives. Ce qui était la force de l'équipe jusqu'ici a fait défaut.

« Ce soir, les unités spéciales n'ont pas fonctionné, a dit Therrien. Notre avantage numérique nous a souvent coûté le momentum. En désavantage, ça n'a pas été trop fort. Les unités spéciales jouent un rôle important. Tu ne t'attends pas à marquer toujours, mais tu veux du momentum. »

Chris Phillips a coulé davantage les visiteurs avec un autre filet, si bien que les trois buts ont été enfilés à 3 min 35 s d'intervalle. Peter Budaj aurait certainement souhaité un scénario différent pour son premier départ de la saison devant le filet montréalais.

Tomas Plekanec a maculé la feuille de pointage le premier après à peine cinq minutes de jeu, en avantage numérique. Les aides ont été décernées (encore) à Raphael Diaz et à Andrei Markov, maintenant à huit points chacun.

Jim O'Brien et Chris Neil ont complété la marque pour les vainqueurs.

L'occasion était belle pour que le Canadien arrache deux points à ses rivaux de division. Les Sénateurs étaient privés de deux piliers pour ce duel. L'attaquant Jason Spezza (haut du corps) a raté un deuxième match de suite, tandis que le défenseur Sergei Gonchar (bas du corps) a déclaré forfait quelques minutes avant la rencontre.

Anderson inébranlable

Le CH a retrouvé son aplomb en troisième période, mais Craig Anderson était impossible à déloger de sa zone. Le gardien des Sénateurs a réservé son plus bel arrêt pour un tir à bout portant de Brandon Prust.

Lars Eller l'a certes battu en début de période, mais le Danois a pratiquement eu besoin d'une échelle pour toucher à une rondelle volante. Les arbitres n'ont pas jugé bon de consulter Toronto.

Anderson s'est donc bien remis d'un but tôt dans le match et a fermé la porte. De 0,98 avant le match, sa ridicule moyenne est passée à... 0,99.

« C'est l'histoire de notre saison, a commenté Anderson. On accorde souvent le premier but et on essaie de remonter. On aimerait sortir plus fort, mais c'est mon travail de m'assurer que ça reste 1-0. »

Anderson a conclu sa soirée de travail avec 31 arrêts, contre 22 pour Budaj.

Le Canadien a congé d'entraînement jeudi et retournera sur la patinoire vendredi, afin de préparer son programme double de la fin de semaine. Reste à voir si un seul entraînement sera suffisant pour que Therrien ramène P.K. Subban dans la mêlée.

Le duel de dimanche mettra justement aux prises le Canadien et les Sénateurs. Prust et Neil pourront donc continuer à se chamailler, eux qui se sont livré un furieux combat au premier vingt et qui en avaient long à se dire après la sirène finale.

En complément

  • canadien saison 2013, au jeu!
    dossier -  Canadien saison 2013, au jeu! Le Canadien dispute une saison écourtée de 48 matchs. Résultats, analyses, portraits et petits extras dans cette section spéciale!