Les cartes sont brassées

Ryan Suter (gauche) et Zach Parisé Ryan Suter (gauche) et Zach Parisé  Photo :  PC/Jim Mone

Rick Nash, Nicklas Lidstrom, Ryan Suter.... Les équipes de l'Ouest ont subi de lourdes pertes au cours de l'été. Mais c'est aussi dans cette association que débarquent les Zach Parisé, Nail Yakupov et autres Justin Schultz.

C'est pourquoi cette association demeure imprévisible à l'aube de la saison 2013.

La Division nord-ouest est de loin la plus intrigante, un an après que ses cinq équipes eurent totalisé... cinq matchs en séries!

Les Oilers bénéficient encore d'un influx de talent, mais en double cette fois. En plus d'ajouter en Nail Yakupov un 1er choix universel pour une troisième année de suite, la formation albertaine accueille aussi le défenseur Justin Schultz, dont l'impact pourrait bien être celui d'un 1er choix.

Les Oilers pourraient aussi trouver rapidement leur chimie, puisque les éléments centraux de ce noyau ont passé les derniers mois ensemble à Oklahoma City.

Le Wild du Minnesota jouira également de deux gros morceaux de casse-tête de plus avec Ryan Suter et Zach Parisé. C'est ainsi que l'équipe tentera d'oublier sa spectaculaire déconfiture amorcée l'an passé avant Noël.

Les Canucks de Vancouver, eux, présentent une formation impressionnante qui pourrait le devenir encore plus s'ils obtiennent des munitions en échange de Roberto Luongo. Ils pourront difficilement faire pire que leur élimination en cinq matchs au premier tour le printemps dernier.

Avec Pierre-Alexandre Parenteau en renfort, l'Avalanche tentera de s'immiscer dans le groupe de tête de la division. La tâche semble ardue, mais elle l'est encore plus pour les Flames de Calgary, qui pourraient bien amorcer une vraie reconstruction si Jarome Iginla en est bel et bien à ses derniers pas en Alberta.

Lutte à trois

Nombreux sont ceux qui voient les Blues de St. Louis en finale de la Coupe Stanley, et pourquoi pas? Les retours en santé - et dès le début de la saison - d'Andy McDonald et de David Perron, en plus de l'arrivée de la recrue Vladimir Tarasenko, offrent littéralement un trio offensif de plus à une équipe qui a excellé malgré une attaque amorphe.

Ne reste qu'à Jaroslav Halak et Brian Elliott à répéter leurs exploits de l'an passé, dans le toujours hermétique système de Ken Hitchcock.

Les Blackhawks de Chicago, eux, présenteront une formation quasi identique à l'an dernier. Le gardien Corey Crawford devra toutefois prouver qu'il a réellement l'étoffe d'un gardien numéro 1.

Il est presque tentant d'inclure les Red Wings de Détroit dans la lutte au 1er rang, même si l'équipe a essuyé de lourdes pertes à la ligne bleue (Lidstrom et Brad Stuart). L'arrivée de l'attaquant Damian Brunner pourrait dynamiser l'attaque, sans oublier que les Red Wings trouvent le moyen, année après année, d'être dans le coup.

L'hiver risque d'être long à Nashville, où les Predators tentent de se remettre de la perte de Suter. Dans quel état d'esprit se présentera Shea Weber, qui a accepté une offre hostile des Flyers, avant de la voir égalée par les Predators? Pekka Rinne devra essentiellement transporter les siens jusqu'aux séries.

Et les Blue Jackets dans tout ça? Le pauvre Todd Richard comptera sur des forces fraîches en Nick Foligno, Artem Anisimov et Brandon Dubinsky, mais le départ de Nash laisse assurément un vide.

Le maillon faible malgré les champions

La Division pacifique se profile encore comme la plus faible des trois. N'oublions pas que les Kings de Los Angeles, avant de soulever la coupe Stanley, ont participé aux séries à titre d'équipe de 8e place.

Ces mêmes Kings défendront leur titre avec une formation similaire à celle de l'an passé, mais avec des tonnes d'attention sur eux. Si Anze Kopitar ne s'absente pas trop longtemps, la bande à Jonathan Quick pourrait rentrer dans les séries plus aisément.

Les Coyotes, eux, savent finalement que leur avenir est assuré à Phoenix. Sur la patinoire, l'ajout du défenseur Zbynek Michalek se fera sentir, tout comme le départ du bon vieux Ray Whitney. Ce sera au gardien Mike Smith de prouver que la saison dernière n'était pas un coup de chance.

Les Sharks et les Ducks se retrouvent tous les deux dans une situation inconfortable. Les premiers accumulent les déceptions en séries éliminatoires, si bien que leur dernière décennie de succès pourrait tirer à sa fin. Les Ducks, eux, amorcent la saison avec leurs deux vedettes offensives, Ryan Getzlaf et Corey Perry, sans contrat pour l'an prochain. Distraction, vous dites?

Et les Stars de Dallas? Les arrivées de Derek Roy, Ray Whitney et Jaromir Jagr, combinées au départ de Mike Ribeiro et de Steve Ott, métamorphosent complètement l'attaque. Mais que dire d'une équipe dont les deux avants les mieux payés sont quadragénaires?