Lock-out dans la LNH

Six heures avec les médiateurs

Donald Fehr commente les négociations à New York. Donald Fehr  Photo :  PC/AP Photo/Louis Lanzano

La Ligue nationale et l'Association des joueurs (AJLNH) sont retournées à la table de négociation mercredi après-midi, séparément, en présence de médiateurs.

Selon ESPN, les rencontres ont pris fin vers 19 h (HNE) et reprendront jeudi, toujours dans un lieu gardé secret.

« Un petit groupe de membres du personnel de l'AJLNH et de joueurs ont rencontré aujourd'hui deux médiateurs d'expérience. Nous nous attendons à ce que les discussions reprennent demain (jeudi) », a écrit l'AJLNH dans un communiqué de deux phrases.

Du reste, peu de détails ont filtré au sujet de ces rencontres. Le Service fédéral de médiation et de conciliation, un organe du gouvernement américain, avait d'ailleurs mentionné mardi qu'il se ferait discret dans le processus.

Lors du conflit précédent, en 2004-2005, la ligue avait décrété l'annulation de la saison quelques jours après l'entrée en scène d'agents médiateurs. Les amateurs espèrent cette fois que le procédé portera ses fruits.

La médiation se fait de manière non contraignante. Cela signifie que les parties (LNH-AJLNH) ne seront liées d'aucune façon aux recommandations de Scot J. Beckenbaugh et de John Sweeney.

Les calculs montrent que seulement 182 millions de dollars pour la durée du contrat de cinq ans séparent les joueurs des propriétaires, l'équivalent de 1,5 million de dollars par saison par équipe.

Certaines règles sur les contrats des joueurs doivent aussi être négociées.

Le lock-out en est à sa 11e semaine et a entraîné l'annulation de 422 matchs, en plus de la Classique hivernale du 1er janvier et du match des étoiles qui devait être présenté à Columbus le 27 janvier.

Même si la LNH prétend perdre 20 millions de dollars par jour, aucune rencontre n'a eu lieu depuis jeudi dernier.

Le commissaire Gary Bettman avait alors rejeté une autre proposition des joueurs tout en réaffirmant que les parties étaient encore loin l'une de l'autre.

En complément