Lock-out dans la LNH

La médiation à la rescousse

Les commentaires de Martin Leclerc

Des médiateurs fédéraux ont été appelés en renfort dans les négociations entre la Ligue nationale et l'Association des joueurs (AJLNH) lundi.

Scot L. Beckenbaugh et John Sweeney ont été nommés par le Service fédéral de médiation et de conciliation, un organe du gouvernement américain.

« J'ai eu des discussions informelles avec des représentants de la LNH et de l'AJLNH pendant leurs négociations pour une convention collective. À notre invitation, et avec l'accord des deux parties, les négociations vont se poursuivre sous notre supervision », a déclaré George H. Cohen, directeur du Service, dans un communiqué.

Ce même Cohen a déjà servi de conseiller pour l'AJLNH, selon un article du New York Times publié en 2011. Il a aussi été appelé en renfort dans les récents conflits de travail qui ont frappé la NFL et la NBA.

Il n'est pas clair si Cohen joue un rôle dans les présentes négociations.

« Même si nous n'avons pas vraiment d'attentes pour ce processus, nous sommes ouverts à l'idée de tenter une nouvelle approche pour trouver un terrain d'entente », a commenté le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly.

Des médiateurs avaient également été invités à la table pendant le lock-out de 2004-2005 en vain. Ils étaient intervenus à quelques jours de l'annulation complète de la saison, en février 2005.

Les négociations sont au point mort depuis mercredi dernier et aucune date de reprise n'a été établie. Les médiateurs devraient toutefois rencontrer, séparément, des membres des deux parties mercredi.

La LNH a annulé ses matchs jusqu'au 14 décembre, en plus de la Classique hivernale du 1er janvier et du match des étoiles.

Un écart de 182 millions séparerait les deux parties et des questions relatives aux contrats ne font également pas l'unanimité.

À noter

  • Une équipe de trois médiateurs avait d'abord été nommée, mais Guy Serota en a été retiré. Pendant la journée de lundi, un compte Twitter identifié à Serota suscitait de vives réactions sur Internet, en raison de messages parfois bizarres ou insultants. Serota a rapidement fermé son compte, qu'il a rouvert en affirmant qu'il avait été victime de piratage.

En complément