Au-delà des statistiques

Gallagher_brendan Brendan Gallagher  Photo :  Radio-Canada

Avec neuf recrues sous la main, Sylvain Lefebvre est mieux placé que quiconque pour témoigner de la différence entre les rangs juniors et les rangs professionnels.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Des joueurs comme Brendan Gallagher, Patrick Holland, Michael Bournival et Morgan Ellis ont passé la dernière saison à brûler les circuits juniors. En tant que choix de premier tour, Nathan Beaulieu et Jarred Tinordi ont toujours été les meilleurs de leur groupe, partout où ils sont passés.

Les voici cet automne dans une Ligue américaine supérieure à l'habitude, revigorée par des joueurs dont la place était dans la LNH cette saison. Ils vivent la double adaptation d'affronter des joueurs plus âgés qu'eux et d'apprendre à subvenir à leurs propres besoins à la maison.

Dans ces circonstances, la fiche de 10 points en 9 matchs des Bulldogs cette saison est loin d'être une catastrophe, d'autant plus que Lefebvre a lui-même le statut de recrue derrière le banc. Et même si aucun joueur ne présente des statistiques individuelles étincelantes, personne n'y accorde une trop grande importance.

« Je ne me frustre pas si je ne marque pas, car je sais que je peux aider autrement. Ça rentre dernièrement et je sais que j'y arrive seulement en travaillant fort », a mentionné Brendan Gallagher, jeudi, à la veille du duel entre les Bulldogs et le Crunch de Syracuse au Centre Bell.

Gallagher ne connaîtra pas une quatrième saison de suite de 40 buts, mais il compte cinq points à ses cinq derniers matchs. Son compagnon de trio Patrick Holland, lui, revient d'une saison de 109 points dans la Ligue junior de l'Ouest. Il totalise cinq points jusqu'ici, une baisse de régime évidemment attendue.

« Je ne suis pas venu ici en m'attendant à beaucoup de points ou de temps de jeu, a dit l'attaquant acquis dans la transaction de Michael Cammalleri. C'est encore tôt dans la saison, mais j'excède mes attentes jusqu'ici dans les deux cas. Je me concentre à bien jouer.

« Même dans les juniors, je ne me concentrais pas sur les points. Parfois, j'avais trois points et j'étais insatisfait de mon match. D'autres fois, j'étais blanchi et j'étais content. Les statistiques sont là et c'est dur de ne pas y penser, mais il y a des choses bien plus importantes. »

En plus d'affronter des adultes plutôt que des adolescents, les recrues de la Ligue américaine découvrent un style de jeu bien plus hermétique que chez les juniors. C'est là un autre facteur de baisse de production.

« Il y a des choses que tu dois faire dans cette ligue, comme atteindre le filet quand tu lances, a dit Lefebvre. Dans la LNH, ça prend un beau jeu pour qu'un lancer batte le gardien au-delà des cercles. Tout se passe dans l'enclave. C'est de montrer aux jeunes que c'est là que c'est payant. Gallagher est le plus petit, mais il est prêt à faire des sacrifices, à manger un coup de poing dans le front, un bâton dans le dos. Ça va faire mal, mais c'est payant. »

À la ligne bleue aussi

À la défense comme à l'attaque, aucun joueur ne présente des statistiques réellement impressionnantes. Tinordi (-6) et Ellis (-7) sont dans le rouge, et Beaulieu, dont le potentiel offensif est intéressant, a été limité à un point.

Là aussi, les statistiques ne disent pas tout.

« Tinordi est vraiment solide même si sa fiche est négative, a jugé Lefebvre. Il joue contre les meilleures lignes tous les soirs, en désavantage comme à 5 contre 5. Il prend les bonnes décisions. Il fait des erreurs de parcours, mais le hockey est un jeu d'erreurs. Donc, il n'est pas immunisé. »

« Cette statistique (le différentiel) n'est pas toujours représentative, a ajouté l'éminence grise du groupe de défenseurs, Frédéric St-Denis. Ellis revient d'une grosse blessure, mais il retrouve son rythme. Oui, il est dans le négatif. Mais après neuf matchs, ce n'est pas important. »

Une Ligue américaine vidée de ses Jordan Eberle, Ryan Nugent-Hopkins et autres Brayden Schenn, si le lock-out se règle, aidera certainement à mieux évaluer la progression des recrues à la ligne bleue.