Talbot de retour sur gazon

L'entrevue intégrale de Maxime Talbot

« Tranquillement, je réalise ce que je viens de vivre. Si j'avais voulu écrire le scénario du septième match de la Coupe Stanley, je n'aurais pas pu l'écrire mieux. »

Trois semaines après l'extase d'une conquête de la Coupe Stanley et de ses deux buts lors du septième match, Maxime Talbot se remet tranquillement de ses émotions.

Héros du match ultime, Maxime Talbot renoue maintenant avec une vie plus tranquille.

L'attaquant des Penguins de Pittsburgh n'a pas changé d'un iota. Toujours aussi accessible et bouffon, il s'amusait avec ses invités à son tournoi de golf annuel à Saint-Hyacinthe. Il organise l'événement avec son ami de longue date, le défenseur Bruno Gervais des Islanders de New York.

« Je n'ai même pas encore regardé notre septième match, dit Talbot. J'ai hâte de revoir ce fameux match. J'ai revu mes buts à la télé, mais en fin de compte, j'ai gagné la Coupe Stanley, c'est encore plus gros que mes deux buts. »

Talbot se souvient également des dernières secondes de cette rencontre sur la glace des Red Wings, au Joe Louis Arena de Détroit.

« J'étais sur la glace en fin de match. J'ai essayé de bloquer un tir de Brian Rafalski, mais j'ai perdu pied. J'étais soulagé de voir Marc-André (Fleury) faire le gros arrêt contre le meilleur défenseur de la LNH (Nicklas Lidstrom). Tu regardes au ciel et tu t'aperçois que c'était notre destin, on devait gagner. »

Depuis la conquête de la Coupe Stanley, et malgré la chasse aux joueurs autonomes, les Penguins ont réussi à conserver l'essentiel de leur âme. À la ligne bleue, ils ont perdu Rob Scuderi et Hall Gill, mais à l'attaque, ils ont réussi à s'entendre avec Bill Guerin et Craig Adams, deux bons vétérans.

« C'est plus facile de remplacer des gars comme Scuderi et Gill que de remplacer des Crosby, Malkin ou Staal. J'ai déjà hâte à la prochaine saison. »

Talbot subira une opération à une épaule au cours des prochains jours et il devrait rater le premier mois de la saison.

Des mots doux pour Gill

Même s'il considère le géant Gill comme interchangeable, Talbot parle de lui en termes élogieux.

« Il faut lui donner une chance à Hal Gill, autant les partisans que les médias. Il vient de gagner la Coupe Stanley et il a terminé avec une fiche de +9 en séries. Ce n'est pas un défenseur élégant, mais il va faire la bonne première passe et il bloque des tirs. »

Le renouveau des Islanders

Bruno Gervais Bruno Gervais  Photo :  PC/AP Photo/Ed Betz

À l'inverse de Talbot, Bruno Gervais se remet d'une saison de misère. Avec une maigre récolte de 61 points, les Islanders ont conclu l'année au bas-fond du classement de la LNH.

Le jeune défenseur de 24 ans entrevoit toutefois une lumière au bout du tunnel de Long Island.

« On a commencé le renouveau à Long Island dès l'an dernier avec les Kyle Okposo, Josh Bailey et Frans Nielsen. On a énormément de bons jeunes et on se retrouve sur la bonne voie. Avec John Tavares, nous ajoutons un marqueur naturel et ça fait du bien. »

Assez discrets depuis l'ouverture du marché des joueurs autonomes, les Islanders ont obtenu un deuxième gardien de luxe en Dwayne Roloson. L'ancien des Oilers d'Edmonton servira de bon plan B au cas où Rick DiPietro passerait encore trop de temps à l'infirmerie.

L'arrivée de Roloson signifie cependant la fin de Yann Danis avec les Islanders.

« J'étais un peu surpris de la signature de Roloson surtout avec la fin de saison de Yann. Il a prouvé qu'il a sa place dans la LNH, j'espère qu'il se trouvera un nid quelque part. »