Bilan 2012

Une année marquée de rouge

L'année 2012 au football universitaire québécois a encore une fois été l'affaire du Rouge et Or de l'Université Laval. On parle maintenant d'une décennie de domination provinciale.

Un texte d'Antoine Deshaies

Au plan national, Laval a aussi réécrit le livre d'histoire du football universitaire en devenant la première institution à remporter sept titres de la Coupe Vanier. Tout ça en seulement 17 ans d'existence.

Pourtant, en début de saison, les performances du Rouge et Or ont semé un certain doute dans l'esprit de ses plus exigeants partisans. Après une courte victoire contre les Gaiters de Bishop's à la deuxième semaine du calendrier, les dirigeants du Rouge et Or ont procédé à un changement de coordonnateur à l'attaque. Duane John a été remplacé par Justin Éthier.

Départ volontaire, dit la version officielle.

Si Duane John n'a toujours pas accordé d'entrevue depuis, son successeur, Justin Éthier, a relevé le défi avec brio.

Son retour a grandement contribué à la relance de l'attaque et à l'épanouissement du quart Tristan Grenon. À l'exception d'une défaite serrée à la mi-saison sur le terrain de leurs éternels rivaux à l'Université de Montréal, le retour d'Éthier a marqué le début d'une irrésistible marche vers la victoire.

En finale de la Coupe Vanier, l'Université Laval a vengé son échec de 2011 en défaisant les Maraudeurs de McMaster 37-14 devant une foule record de 37 098 spectateurs, majoritairement antipathiques à leur cause à Toronto.

Cette victoire a permis à quelques joueurs importants de l'équipe, dont Arnaud Gascon-Nadon et Frédéric Plésius, de quitter le football universitaire en champions.

L'émergence du Vert & Or, la déception des Carabins

Les deux plus sérieux aspirants au trône du Rouge et Or, les Carabins et le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, ont connu des débuts et fins de saison forts différents.

Les Carabins ont ouvert leur campagne avec une spectaculaire victoire sur le terrain sherbrookois et l'ont conclue par un affaissement invraisemblable contre les Estriens au Cepsum de l'Université de Montréal.

Menés par une défense particulièrement vorace, comprenant le nouveau recordman canadien pour les sacs du quart en une saison, Samuel Blanc, et par un quart arrivé à maturité, Alexandre Nadeau-Piuze, les Carabins ont fait partie des cinq meilleures formations au classement national durant toute la saison.

Leur défense a toutefois encaissé 35 points dans les 16 dernières minutes de la demi-finale contre Sherbrooke.

Complètement ignorés par le vote de l'équipe d'étoiles, les joueurs du Vert & Or ont eu leur revanche sur le terrain dans un match mémorable. Ils ont toutefois été à court de ressources pour vaincre Laval en finale à Québec.

Leur erre d'aller ne s'est toutefois pas arrêté au sifflet final de la Coupe Dunsmore. Leur fin de saison encourageante a engendré un recrutement plus qu'intéressant.

Les Carabins, quant à eux, ont vu leur coordonnateur défensif Noel Thorpe faire le saut avec les Alouettes, avec qui il occupera le même poste.

Sortie d'enfer et partie de poker à McGill

Ça faisait longtemps que les Redmen de McGill n'avaient pas autant fait parler d'eux.

L'année 2012 a été celle du renouveau. Un nouveau groupe d'entraîneurs a permis aux Redmen de goûter à nouveau aux joies de la victoire.

Après deux saisons sans gain, les hommes en rouge en ont remporté deux et ont pu se faufiler en demi-finale québécoise, profitant de pénalités aux universités Bishop's et Concordia pour avoir utilisé des joueurs inadmissibles.

McGill n'a fait parler d'elle que sur le terrain, mais aussi dans les bureaux administratifs. Au printemps, les dirigeants de l'Université ont déposé une demande de transfert pour joindre la ligue de l'Ontario.

La manoeuvre, qui s'est avérée vaine, a toutefois permis de relancer le dialogue entre les équipes québécoises pour réduire l'écart de force entre elles.

Malgré la nette progression de l'équipe sur le terrain, les Redmen ont subi des défaites écrasantes de 69-0 contre Laval et 44-0 contre l'Université de Montréal.

L'année 2012 a marqué la continuité de la série de victoires des universités francophones contre leurs rivales anglophones. La séquence dure depuis le 22 octobre 2010.

En complément