Football universitaire

À la croisée des chemins

Reportage de Mariève Côté

« Je pense que les plus belles années de football seront toujours celles où on le fait pour le plaisir. »

Arnaud Gascon-Nadon a mis un terme à sa carrière universitaire de la meilleure façon qui soit : une conquête de la Coupe Vanier, la troisième du Rouge et Or de Laval au cours des cinq dernières saisons.

« Je ne réalise pas encore que ma carrière ici est officiellement terminée, admet Gascon-Nadon, auteur de 3,5 plaqués et d'un demi-sac du quart, vendredi, dans le triomphe de 37-14 du Rouge et Or sur les Marauders de l'Université McMaster. Justement, tantôt, Fredo (NDLR : Frédéric Plesius) et moi, on se demandait si on pouvait utiliser encore notre casier la saison prochaine! »

Aujourd'hui, c'est avec nostalgie que l'ailier défensif du Rouge et Or regarde le terrain de football où il a passé trois belles dernières années.

« Ça a vraiment passé vite, mon père n'a jamais raté un de mes matchs. Et là, c'était le dernier amateur. Mais qui sait, peut-être qu'il n'y en aura pas d'autres. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Et ça fait bizarre de me rendre compte que tout ce passage-là de ma vie est terminé. »

Ce passage a permis au colosse de 1,91 m (6 pi 3 po) et 114 kg (250 lb) d'être sélectionné au 17e rang par les Tiger-Cats de Hamilton au dernier repêchage.

Pour l'instant, il ne veut même pas penser à la prochaine étape de sa carrière.

« J'ai un côté blanc ou noir, lance-t-il. Là, je savoure vraiment cette victoire. Mais un matin, je vais me lever, je vais être tanné de la savourer et je vais penser à mon avenir. Mais là, je me donne la liberté de ne pas y penser et d'y aller un jour à la fois. Une chose à la fois dans la vie. »

L'avenir d'Éthier

Justin Éthier jouit lui aussi d'une forme de liberté. Le coordonnateur offensif a fait un retour derrière le banc cette saison et doit maintenant décider s'il reste à Laval ou s'il quitte l'organisation.

« C'est un scénario idéal, c'est très positif de terminer comme ça une carrière, mais ça va au-delà de ça. J'aimerais retravailler avec ce groupe de joueurs, mais il faut que je m'assure que ma décision n'est pas à court terme, car je ne veux pas juste revenir pour un an. Si je reviens, ce sera pour plusieurs années. »

Après avoir enfoncé 37 points dans la redoutable défense des Marauders, qui n'en a accordé que 15 par match pendant la saison, l'attaque du Rouge et Or a prouvé qu'elle pouvait fonctionner à plein régime sous Éthier.

D'après un reportage de Mariève Côté