« Nous étions plus que des amis » - Calvillo

Reportage d'Antoine Deshaies

Le membre des Alouettes qui risque de ressentir le plus directement le départ de Marc Trestman, nommé mercredi entraîneur-chef des Bears de Chicago, est certes Anthony Calvillo. Les deux se sont d'ailleurs parlé tôt dans la journée de mercredi après l'annonce de la nouvelle.

« Ça a été une conversation très émotive, a indiqué le quart des Oiseaux. Nous partageons beaucoup de souvenirs ici. Nous étions plus que des amis. C'est un sentiment particulier de savoir à quel point il représentait une grande partie de nos succès et que maintenant, il part.

« Durant ces cinq années, nous avons développé une relation très spéciale, a-t-il précisé. Quand il est arrivé, personne ici ne le connaissait, on se demandait quel genre d'entraîneur il serait. Nous l'avons réalisé en peu de temps.

« Je suis content pour lui, mais triste pour nous. »

Bien qu'il vienne de perdre son entraîneur-chef, Jim Popp aussi s'est dit heureux pour Trestman.

« Je suis très content pour lui, a déclaré le directeur général des Alouettes à Radio-Canada Sports. Il a toujours voulu être entraîneur-chef dans la NFL et son rêve encore plus grand est de remporter le Super Bowl. »

Popp a appris la nouvelle de la bouche de Trestman dans la nuit de mercredi, à 2 h. « Marc est renversé par la situation, il est très reconnaissant envers nous, a expliqué Popp. Et il est très fatigué! »

Popp a indiqué avoir eu un très long entretien mardi avec son homologue des Bears, Phil Emery, au sujet de Trestman. Son opinion a manifestement compté dans la décision d'Emery.

N'empêche que Popp doit maintenant se mettre à la recherche du successeur à Trestman. Il a toutefois refusé de dire si un candidat partait avec une longueur d'avance. Il a simplement indiqué vouloir interviewer une variété de candidats.

Popp n'est pas le seul à se réjouir pour Trestman. C'est aussi le cas du directeur général adjoint, Marcel Desjardins. « Tout le monde est content pour Marc, a-t-il dit. Évidemment, ça change nos plans, mais il faut toujours avoir un plan pour l'étape suivante. Avec toutes les rumeurs depuis l'an passé sur Trestman, Jim est très avancé dans son plan. »

La barre sera haute pour le prochain entraîneur-chef. « Absolument, a reconnu Desjardins. Mais au bout du compte, c'est un travail d'équipe et il y a un groupe complet d'entraîneurs capables de faire le travail. »

Les prochains jours nous diront si les Alouettes auront davantage qu'un nouvel entraîneur-chef à dénicher, puisque Popp susciterait l'intérêt de certaines équipes de la NFL à la recherche d'un directeur général. Desjardins, lui, est en lice pour le poste de directeur général de la nouvelle équipe d'Ottawa, qui foulera le terrain à l'été 2014.