La Coupe Grey a 100 ans

Le bal des deuxièmes

De Toronto, le reportage de Jean St-Onge

À Vancouver comme à Montréal, les amateurs de football s'attendaient à voir leur équipe en grande finale.

Pour cette 100e Coupe Grey, on se retrouve plutôt avec un affrontement entre les deux équipes de 2e place, les Stampeders de Calgary et les Argonauts de Toronto.

En plus d'être des visiteurs un peu inattendus cette année à la Coupe Grey, on retrouve au sein de chaque équipe des joueurs qu'on ne croyait pas voir à Toronto cette semaine, et surtout pas dans l'uniforme qu'ils portent présentement.

L'an dernier, Anwar Stewart avait fait le souhait de jouer une saison de plus pour participer à cette 100e Coupe Grey. Libéré par les Alouettes l'hiver dernier, ce n'est qu'en octobre que les Stampeders lui ont lancé un SOS. Stewart était vraiment destiné à jouer dans cette Coupe Grey, puisque les Argos aussi ont communiqué avec lui.

« C'est super! a dit Stewart, mercredi. J'ai beaucoup de respect pour Scott Milanovich, coach Jones et tout le personnel d'entraîneurs qui est là. Je les connais bien et nous avons gagné des championnats ensemble. »

Un autre ancien des Alouettes qui espérait se retrouver à la Coupe Grey en bleu, blanc et rouge s'y retrouve plutôt en bleu et bleu.

Étienne Boulay a bien senti la progression des nouveaux Argonauts qui ont dû s'adapter à de nouveaux entraîneurs, un nouveau quart et plusieurs nouveaux joueurs.

« Ç'a été une longue saison, de dire Boulay. On a eu des hauts et des bas. Mais depuis quelques semaines, depuis notre victoire en territoire hostile en Saskatchewan, où on a réussi à revirer la vapeur, c'est à partir de ce moment-là je pense qu'on a commencé à vraiment connecter. La chimie de l'équipe s'est améliorée. »

Marc Parenteau, lui, semblait bien ancré dans la ligne offensive en Saskatchewan. Il se retrouve à protéger son ancien rival dans l'Ouest, Ricky Ray, avec les Argonauts.

« Il est très impressionnant, dit Parenteau. Je n'ai jamais été avec un quart-arrière qui connaît autant l'attaque de l'intérieur et de l'extérieur. Il sait ce qu'il faut qu'il regarde, le ballon est sorti très vite la plupart du temps. C'est un leader. Il ne dit pas grand-chose, mais tu suis son exemple. »

Les Argonauts n'étaient peut-être pas les favoris pour atteindre le 100e match de la Coupe Grey, mais leur présence dans la métropole canadienne, en l'absence de la Ligue nationale de hockey, ne pourra qu'être bénéfique pour la visibilité du football canadien.

(D'après un reportage de Jean St-Onge)