Le buffet dopant de Rasmussen

Michael Rasmussen Michael Rasmussen  Photo :  AFP/JERRY LAMPEN

Suspendu pour deux ans pour dopage, le Danois Michael Rasmussen est passé aux aveux, jeudi, à propos de sa consommation assidue qui s'est étalée sur une période de 12 ans.

L'ancien membre de l'équipe Rabobank a tenu un point de presse à Copenhague. Il a dressé une liste exhaustive des produits et méthodes auxquels il a eu recours entre 1998 et le mois d'avril 2010.

« J'ai fait usage d'EPO, d'hormones de croissance, de testostérone, de DHEA, d'insuline, d'IGF-1 et de cortisone. J'ai également procédé à des transfusions sanguines », a déclaré Rasmussen, l'air pâle, mais tout de même maître de ses émotions.

Rasmussen a été suspendu par l'Agence danoise antidopage après avoir offert sa collaboration sous la forme d'un témoignage complet.

Il dit avoir fourni la liste des produits qu'il a utilisés à l'agence, mais il refuse de fournir les détails de l'entente qu'il a signée avec elle. « Cela demeure confidentiel. Je ne peux en dire plus pour le moment. Ce sera fait plus tard. »

Soulagé, mais pas blanchi

Rasmussen a admis ressentir un grand soulagement à la suite de ses aveux. Rappelons qu'il avait été exclu du Tour de France en 2007, au moment où il endossait le maillot jaune, parce qu'il avait refusé de dévoiler ses allées et venues.

Il a aussi reconnu s'être dopé durant ce même Tour de France, alors que tous les tests auxquels il s'était soumis s'étaient révélés négatifs.

À la lumière de ces nouvelles révélations, la Commission antidopage du Comité olympique danois envisage de rouvrir son enquête contre Rasmussen.