Courses relevées... pour peloton relevé

Manon Gilbert Twitter
Radio-Canada
Commentaires de Serge Arsenault

L'avantage d'organiser un événement, c'est que l'on peut imposer ses exigences. Et c'est exactement ce que Serge Arsenault a fait en tant que président du Grand Prix cycliste ProTour Québec - Montréal.

Il y aura de grands noms au Québec en septembre. L'Australien Cadel Evans, champion du monde sur route, et le Français Thomas Voeckler enfourcheront leur vélo. Lance Armstrong? Il sera dans les parages!

À BMC, il a réclamé la présence du champion du monde sur route en titre Cadel Evans, 2e du Tour de France en 2008. Accordé. À Bbox Bouygues Telecom, celle de Thomas Voeckler, champion de France qui s'est fait un nom en revêtant le maillot jaune pendant 10 jours lors du Tour de France 2004. Accordé aussi. À Garmin Transitions, celle du Canadien Ryder Hesjedal, gagnant de la 12e étape du Tour d'Espagne l'an dernier. Même conclusion.

Comme les 18 équipes ProTour étaient qualifiées d'office pour les courses de Québec (10 septembre) et Montréal (12 septembre) et que la présence de l'équipe canadienne allait de soi, M. Arsenault avait le loisir de choisir les quatre autres formations invitées.

Son choix s'est donc arrêté sur les quatre formations du circuit Pro continentale BMC, Bbox, Cofidis et Cervélo de Dominique Rollin. D'ailleurs, le Québécois sera aussi du grand rendez-vous. Et quand on doit obtenir un carton d'invitation pour participer à une épreuve, on est prêt à faire quelques concessions. D'où la présence d'Evans et de Voeckler.

M. Arsenault pourrait-il aussi exiger la venue de Lance Armstrong? D'autant plus que sa formation RadioShack a été exclue du Tour d'Espagne (courue durant les deux courses québécoises) et que le septuple vainqueur de la Grande Boucle sera de passage à Mont-Tremblant le week-end précédent afin d'amasser des fonds pour la lutte contre le cancer avec l'Institut des Cèdres... ironiquement l'un des partenaires des Grands Prix cyclistes en sol québécois.

« J'ai parlé à Lance. Honnêtement, je serais étonné de le voir, a indiqué M. Arsenault. Il va sortir vidé du Tour de France. Lance approche la quarantaine, la récupération est beaucoup plus longue à cet âge. Ça voudrait dire qu'il devrait s'entraîner à 110 % tout le mois d'août pour être prêt parce que le parcours est tellement relevé que tu dois être en pleine forme.

« Je ne compte pas tellement sur la participation de Lance, ce n'est pas là-dessus que je base le succès des grands prix. C'est d'avoir une course avec les plus grands en septembre. »

Il faut dire que depuis son cancer, l'Américain est devenu un coureur de tours. Rares sont les courses d'un jour qui figurent à son agenda.

Dominance SpiderTech

Lance Armstrong roule devant ses coéquipiers de RadioShack Lance Armstrong (gauche) roule devant ses coéquipiers de RadioShack.  Photo :  AFP/Doug Pensinger/Getty Images

Faute d'Armstrong, les Grands Prix Québec - Montréal peuvent s'attendre cependant à accueillir une redoutable formation RadioShack, puisque ce seront ses deux seules courses au calendrier durant cette période.

Et en tant que prélude aux Championnats du monde qui se tiendront trois semaines plus tard à Melbourne, sur un parcours plat cependant, il ne sera pas surprenant d'apercevoir sur la ligne de départ plusieurs prétendants au titre mondial comme le Belge Tom Boonen ou le Suisse Fabian Cancellara.

« Le peloton que nous aurons à Québec et Montréal pourra se comparer à n'importe quelle autre grande course d'une journée mondiale », assure l'organisateur.

De toute façon, avec le nouveau classement en vigueur à compter de janvier 2011, aucune équipe ne peut lever la pédale au Québec. Désormais, les 17 premières équipes (ProTour ou Pro continentale) du classement mondial seront automatiquement qualifiées pour tous les grands tours (Italie, France et Espagne) et pour les grandes classiques.

D'où l'intérêt d'accumuler le plus de points avant le 31 décembre 2010.

À l'instar des 22 autres formations, l'équipe canadienne a jusqu'à 20 jours du départ de la première course pour annoncer sa liste de 8 coureurs. Par contre, à l'issue des Championnats canadiens qui se sont conclus dimanche à Edmonton, Jacques Landry, directeur technique de l'Association cycliste canadienne (ACC), et Steve Bauer, directeur sportif de l'équipe canadienne pour l'occasion, ont dévoilé une longue liste de 16 noms.

Sans surprise, 9 de ses 16 coureurs font partie de SpiderTech, l'équipe de Bauer. M. Arsenault tenait mordicus à ce que SpiderTech participe à ses courses, mais l'Union cycliste internationale (UCI) interdit aux équipes continentales de prendre part aux épreuves ProTour.

Des courses d'attrition

Martin Gilbert Martin Gilbert (SpiderTech), 2e à l'avant-plan, a de fortes chances de s'aligner à l'une des deux courses.  Photo :  Planet Energy

Sur les parcours québécois, ce n'est pas tant la longueur des épreuves que la répétition des boucles qui fera souffrir le peloton.

« Je m'attends à ce que trois coureurs par équipe finissent », affirme l'instigateur du retour des grandes courses de cyclisme masculin au Québec.

À Québec, 189 km (15 boucles de 12,6 km) avec au menu la côte de la Montagne (375 m à 10 % de moyenne), la côte de la Potasse (420 m à 9 %) et la côte de la Fabrique (190 m à 7 %).

Du côté de la métropole, les coureurs s'attaqueront au même parcours des beaux jours du Grand Prix des Amériques, organisé par M. Arsenault de 1988 à 1992. C'est-à-dire 193,6 km avec 16 ascensions du mont Royal (1,8 km à 8 %) et de la côte de la Polytechnique (780 m à 6 %).

Mince consolation pour les mollets et les fessiers, tous les parcours auront l'allure d'un tapis de billard, foi des maires Tremblay et Labeaume.

« J'ai fait le parcours (de Montréal) avec le maire Tremblay et il m'a assuré que pour l'événement tout le parcours va être refait, retapé et resurfacé complètement pour qu'il soit impeccable », assure M. Arsenault.

De quoi faire l'envie des filles qui se sont fait brasser la carcasse pendant toutes les années que s'est tenue la Coupe du monde féminine sur le mont Royal!

Longue liste de l'équipe canadienne :

  • François Parisien (QC/SpiderTech)
  • Ryan Roth (ON/ SpiderTech)
  • Martin Gilbert (QC/SpiderTech)
  • Charles Dionne (QC/Fly V)
  • Will Routley (BC/Jelly Belly)
  • David Veilleux (QC/Kelly Benefit Strategies)
  • Ryan Anderson (BC/Kelly Benefit Strategies)
  • Andrew Pinfold (BC/United)
  • Rob Britton (BC/Cycling BC)
  • David Boily (QC/SpiderTech)
  • Guillaume Boivin (QC/SpiderTech)
  • Andrew Randell (ON/SpiderTech)
  • Bruno Langlois (QC/SpiderTech)
  • Éric Boily (QC/SpiderTech)
  • Derrick St. John (ON/Garneau Club Chaussures-Ogilvy Renault)
  • Keven Lacombe (QC/SpiderTech)