Qui est le meilleur numéro 12?

Andrew Luck et Tom Brady Andrew Luck et Tom Brady  Photo :  AFP/Jared Wickerham

En ce 12e jour du 12e mois de l'année 2012, le chiffre 12 est partout. Avec sa culture de statistiques et, évidemment, la puissance symbolique des chandails, le monde du sport est un terreau fertile pour s'arrêter sur ce chiffre.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Au hockey, le 12 renvoie directement au plafond du Centre Bell. Le Canadien l'a retiré en l'honneur de deux des grands de l'histoire : Yvan Cournoyer et Dickie Moore. Vingt-neuf autres joueurs l'ont porté, le dernier en date étant Mike Keane.

Des joueurs plus faciles à oublier comme Serge Boisvert, d'ailleurs auteur de 12 points dans sa carrière, Clayton Fréchette et un certain Marcel Béliveau ont aussi porté le dossard.

Les Red Wings de Détroit, avec Sid Abel, et les Canucks de Vancouver, avec Stan Smyl, comptent également sur des numéros 12 de renom. Le Temple de la renommée accueillera assurément un autre 12 dans les prochaines années, quand Jarome Iginla accrochera ses patins.

C'est à l'avant-champ que se sont démarqués les meilleurs numéros 12 du baseball majeur. On pourrait longuement argumenter à savoir qui a connu la plus grande carrière entre Roberto Alomar, gagnant de deux Séries mondiales, et Wade Boggs, auteur de 3010 coups sûrs et quintuple champion frappeur de la Ligue américaine. À Cooperstown, nul besoin de trancher : les deux joueurs ont leur place au Temple de la renommée.

D'après un site à potins, Alomar se serait d'ailleurs marié mercredi, justement par superstition pour le chiffre 12.

Les plus jeunes partisans des Expos se souviendront du 12 pour Wilfredo Cordero et Mike Mordecai, les plus âgés penseront plutôt à John Boccabella. D'autres garderont en tête Stan Papi et ses 11 points produits en 1978...

Au football, deux époques s'affrontent : Terry Bradshaw et Tom Brady. Le premier a mené les Steelers à quatre Super Bowl, tandis que le second en a déjà disputé cinq, et n'a même pas amorcé son déclin. Joe Namath mérite également une mention honorable. Les partisans des Colts rêvent de nommer un jour Andrew Luck dans la même phrase que les trois quarts ci-mentionnés.

Chez les Alouettes, le numéro 12 n'est toujours pas entré dans la légende. Le secondeur T.J. Hill est possiblement le nom le plus connu. C'est tout dire.

Au basketball, le légendaire John Stockton est seul dans sa catégorie, fort d'une carrière de 19 saisons. On pourrait placer Dwight Howard en sa compagnie s'il continue sur sa lancée. À 27 ans, il compte déjà trois titres de joueur défensif de l'année.

Ailleurs

Le 12 n'a pas sa place dans le monde du sport uniquement en raison des numéros de chandail. Il vient nous surprendre ici et là.

C'est par exemple avec 12 points à sa fiche que le regretté Bill Masterton est décédé après une chute pendant un match, le 15 janvier 1968.

Le New York Post nous rappelle que le légendaire lanceur Sandy Koufax s'est présenté 12 fois au bâton à sa saison recrue, en 1955. Les 12 fois, il a été retiré sur des prises.

Le Post nous apprend également que le 12 était le chiffre préféré de Vince Lombardi. L'entraîneur-chef, gagnant des deux premières éditions du Super Bowl, était un franc-maçon. Dans le mouvement, on croyait que le 12 signifiait le succès.

Les amateurs de sport ont maintenant 89 ans à patienter avant la prochaine date triple, le 1er janvier 2101...