Le Vendée Globe autour du monde

Gabart à une allure record

François Gabart François Gabart  Photo :  AFP/JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Le Français François Gabart file à vive à l'allure et souffle dans le cou d'Armel Le Cléac'h après avoir établi un record de distance en 24 heures avec son Imoca de 60 pieds, au Vendée Globe.

Aux confins de l'Atlantique Sud, Gabart a parcouru 543,3 milles nautiques (1006,1 km) à la vitesse moyenne de 22 noeuds. La marque doit encore être homologuée par le World Sailing Speed Record Council.

À 20 h (UTC), Gabart se retrouvait à 8,5 milles nautiques du meneur.

« Il est difficile de rester dehors à cette vitesse, a confié le jeune skipper de 29 ans. Le pont est sans cesse sous l'eau. Je ne pense pas pouvoir apercevoir Armel, il y a trop de mer et les vagues sont trop hautes. En revanche à l'AIS (système d'identification automatique des bateaux), nous nous voyons depuis trois heures. »

« François a peut-être de meilleurs réglages », a pour sa part déclaré Le Cléac'h. Moi, je connais ma route et je sais qu'elle est encore très longue, je ne vais pas courir des risques en plus. Mais il a été le plus rapide cette nuit, il a battu le record des 24 heures, bravo à lui. »

Ça brasse...

Le Cléac'h a aussi pris soin de noter les conditions difficiles que doivent affronter les marins en ce moment.

« La vie à bord est mouvementée, a-t-il ajouté. Dès qu'on fait une manoeuvre dehors, c'est très humide. Il ne fait pas très chaud. À chaque fois qu'on rentre à bord, on est trempé. On ne peut pas tenir debout. C'est un vrai shaker. »

« C'est sportif et ce n'est pas facile surtout qu'on a des pointes [de vitesse] jusqu'à 40 noeuds (74 km/h). La mer n'est pas trop formée, mais il y a de belles vagues. On dort que d'un oeil. Les conditions ne sont pas idylliques. »

Les meneurs foncent vers la porte des glaces de l'île Amsterdam. Un mois après le départ, le suspense reste total en tête du Vendée Globe.

En complément