Le Vendée Globe autour du monde

Encore un chalutier

Louis Burton Louis Burton  Photo :  Vendée Globe: Jean-Marie Liot/DPPI

Décidément, les chalutiers font la vie dure aux concurrents du Vendée Globe, une course autour du monde en solitaire et sans escales.

Après Kito de Pavant lundi, cette fois c'est Louis Burton (Bureau Vallée) qui a été heurté vers 3 h (UTC) par le bateau de pêche au large des côtes portugaises, à environ 400 milles nautiques (750 km) de Lisbonne.

« Burton était en veille dans le cockpit et son radar et son AIS (système permettant à un navire d'être repéré en permanence en mer) étaient allumés, a précisé la direction de course. Il évoluait à 18 noeuds (environ 30 km/h) dans une mer formée avec un vent de sud-ouest de 32 noeuds générant une visibilité très limitée. »

Il semble que l'AIS n'ait servi à rien puisque les chalutiers-tamponneurs n'ont pas été prévenus de sa présence.

C'est le flanc gauche du voilier qui a encaissé le coup. Contrairement à de Pavant qui a dû abandonner, Burton a fait demi-tour vers le nord-est afin de sécuriser le mât et réparer un hauban endommagé. Des photos qu'il a envoyées au technicien de son équipe ont révélé que le galhauban de bâbord avait aussi été touché.

Le Français de 27 ans rentrera aux Sables d'Olonne, d'où est partie la course samedi, pour réparer son embarcation. Il a dix jours pour reprendre le large.

Si le skipper de Bureau Vallée abandonne, il s'agira du troisième forfait depuis le départ samedi des 20 concurrents. Le Français Marc Guillemot (Safran) avait dû renoncer dimanche en raison du bris de sa quille.

Épargné jusqu'ici par les infortunes de mer, le Français François Gabart (Macif) détenait toujours les commandes à 11 h (UTC) devant son compatriote Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) et le Suisse Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat).

En complément