Tokyo a Londres comme modèle 

Cary Grant pendant le tournage des Jeux de Tokyo en 1964

Cary Grant dans les rues de Tokyo pendant les Jeux olympiques de 1964 pour le tournage du film « Walk, don't run ». C'est le souvenir bucolique que plusieurs gardent des Jeux de 1964. Les temps ont bien changé, et pour les Jeux de 2020,  la ville japonaise veut s'inspirer de la réussite de Londres.

C'est ce qu'ont expliqué des responsables japonais, jeudi, lors d'une conférence de presse organisée dans la capitale britannique pour lancer la campagne de candidature.

« Londres 2012 a donné un brillant exemple de la manière d'accueillir, organiser et célébrer des Jeux olympiques. De ce succès, nous avons retenu l'importance à accorder à l'héritage », a expliqué le président du Comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda.

Le dossier prévoit d'utiliser un mélange d'équipements nouveaux et d'installations pré-existantes, datant parfois des Jeux de 1964, ou dont la construction est d'ores et déjà acquise, comme le stade olympique qui sera bâti pour la Coupe du monde 2019 de rugby. Tokyo veut accueillir 85 % des épreuves dans un rayon de 8,5 km.

Le gouverneur de Tokyo, Naoki Inose, a souligné les « similitudes » entre Londres et sa ville, en particulier dans les domaines de « la sécurité et de l'hospitalité ».

Interrogé sur les inquiétudes liées à l'accident nucléaire de Fukushima en 2011, il a souligné que Tokyo était « à 220 km de Fukushima », et que le niveau de radioactivité y était « le même qu'à Londres ».

Tokyo est en concurrence avec Istanbul et Madrid. Le vote du CIO aura lieu le 7 septembre à Buenos Aires.

Vue de Tokyo, au loin le mont Fuji Vue de Tokyo, au loin le mont Fuji (archives)  Photo :  AFP/Kazuhiro Nogi