Les conservateurs admettent avoir fait des appels automatisés 

Le reportage de Guillaume Dumont

Un porte-parole du Parti conservateur du Canada (PCC) avoue maintenant que son organisation a récemment commandé des appels à des résidents de la Saskatchewan à propos du redécoupage des cartes électorales, après avoir initialement nié toute implication de la part du parti.

Dans une déclaration diffusée mardi, Fred DeLorey, directeur des communications du parti, reconnaît qu'il aurait dû être mentionné que les appels provenaient de sa formation politique et qu'une « mauvaise communication » interne était survenue.

M. DeLorey n'a pas expliqué pourquoi il avait affirmé à Glen McGregor, du journal Ottawa Citizen, que son parti n'avait pas commandé les appels.

Des résidents de la Saskatchewan ont rapporté avoir reçu des appels automatisés la semaine dernière, de la part d'une personne inconnue. La voix préenregistrée disait que des changements proposés aux 14 circonscriptions de la province favoriseraient les régions urbaines au détriment des zones rurales, ce qui porterait atteinte aux « valeurs de la Saskatchewan ». L'appel constituait une sorte de sondage qui invitait les répondants à appuyer sur le 1 sur leur clavier pour indiquer leur accord avec cette affirmation préenregistrée.

Plaintes auprès du CRTC

Le député libéral Ralph Goodale s'adresse aux journalistes après le caucus libéral sur la colline parlementaire, à Ottawa. Le député libéral Ralph Goodale s'adresse aux journalistes après le caucus libéral sur la colline du Parlement, à Ottawa.  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

Le libéral Ralph Goodale, le seul député fédéral de la Saskatchewan à ne pas être un conservateur, a déclaré sur les ondes du réseau anglais de Radio-Canada mardi que son bureau avait reçu des plaintes de la part de résidents de Regina et de Saskatoon. Ces résidents décrivaient les appels automatisés comme étant « trompeurs ».

Selon lui, certaines des personnes qui ont été appelées et qui ont communiqué avec lui ont porté plainte au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Il a ajouté qu'il avait également porté plainte auprès du CRTC mardi, après la volte-face des conservateurs.

La Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la Saskatchewan s'est penchée sur quatre circonscriptions à Regina et quatre à Saskatoon. Le rapport de la Commission propose des changements aux circonscriptions uniquement urbaines, soit deux à Regina et trois à Saskatoon.

Dans sa déclaration de mardi, M. DeLorey soulignait qu'un membre dissident de la Commission, le président de l'Association des municipalités rurales de la Saskatchewan, David Marit, avait soutenu que 75 % des gens ayant fait des présentations durant les audiences publiques étaient opposés à des changements drastiques. Selon M. DeLorey, à cause de la croissance de la population, la prochaine commission devra ramener les circonscriptions à des mélanges urbains-ruraux.

Toutefois, le député Goodale souligne pour sa part que les deux autres membres de la Commission, le juge Ron Mills et le professeur à l'Université de la Saskatchewan John Courtney, ont trouvé que le public était généralement en faveur des changements proposés.