2012, l'Année des Fransaskois

Les nouveaux arrivants francophones reçoivent l’aide des Fransaskois

La communauté des Africains francophones de la Saskatchewan

La Communauté des Africains francophones de la Saskatchewan (CAFS) veut briser l'isolement des nouveaux arrivants en relançant un projet de jumelage avec des familles fransaskoises bien établies dans la province.

L'objectif est de donner aux immigrants l'occasion d'apprivoiser leur nouvel environnement. Souvent, ils ne parlent pas l'anglais et n'ont pas d'emploi ni d'amis.

Ce projet avait déjà été mis sur pied par la CAFS en 2009, mais avait été interrompu après quelques mois, faute de financement.

Le nouveau projet de la CAFS s'adresse en premier lieu aux Africains et aux immigrants de l'île Maurice, mais tous les nouveaux arrivants peuvent y participer.

La CAFS indique que le projet sera implanté tout d'abord à Saskatoon, mais l'organisme voudrait aussi l'étendre à l'échelle de la province.

Présentement, cinq personnes seules et dix familles de nouveaux arrivants attendent de trouver ''une marraine'' ou ''un parrain'' fransaskois.

Les familles seront jumelées en fonction des âges, des champs d'intérêt et des compétences professionnelles des gens.

Témoignages

Adolphine Disaka est arrivée seule du Nigéria il y a 5 ans. Elle a tout de suite été jumelée à Marie-Jeanne Will, une bénévole à la CAFS.

« Habiter seule à la maison, c'est vraiment quelque chose de terrible. Et puis si tu as quand même des gens qui te visitent, on te téléphone au moins, on t'encourage à d'autres choses, pour dire que non ça va aller, ça va aller. » — Adolphine Disaka

Elle explique que le jumelage l'a beaucoup aidée à comprendre le contexte culturel saskatchewanais, et à se sentir moins seule.

Des liens d'amitié très forts peuvent aussi se créer grâce au programme, comme le démontre l'histoire de Francois Afane. Dès son arrivée du Cameroun, il y a 2 ans et demi, il a été jumelé à Hélène Grimard de Saskatoon.

Même s'il habite aujourd'hui à Estevan, sa marraine joue toujours un rôle très important dans sa vie.

« Madame Grimard est devenue plus comme une famille. Ce n'est plus simplement un membre de la communauté, c'est vraiment de la famille. C'est une personne sur qui je peux m'appuyer à tout moment, je prends conseil, je peux l'appeler », souligne Francois Afane, qui affirme également que sans sa marraine, son intégration aurait été beaucoup plus difficile.

Familles fransaskoises

Pour les Fransaskois, être jumelés à des nouveaux arrivants peut être l'occasion de créer de nouvelles amitiés, en faisant des activités communes comme des soupers ou des sports extérieurs. C'est aussi la chance d'en apprendre davantage sur d'autres cultures. 

La Communauté des Africains francophones de la Saskatchewan rappelle que les Fransaskois et les nouveaux arrivants intéressés par le programme peuvent communiquer avec eux.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet

Facebook