Brad Wall demande au président Obama d'approuver le projet Keystone XL

Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall

Le premier ministre saskatchewanais a cosigné une lettre envoyée au président des États-Unis, Barack Obama, lui demandant d'approuver le projet de pipeline Keystone XL.

Brad Wall est le seul premier ministre canadien à avoir apposé sa signature sur la lettre, aussi signée par dix gouverneurs américains républicains.

Le premier ministre soutient depuis longtemps que le pipeline de TransCanada Corp. qui passerait par l'Alberta et la Saskatchewan avant de se diriger vers le sud, aux États-Unis, serait bon pour l'industrie pétrolière de sa province.

La première ministre de l'Alberta n'a pas apposé sa signature sur la lettre signée par son homologue de la Saskatchewan. Selon l'entourage d'Alison Redford, elle serait sur le point d'écrire et d'envoyer sa propre lettre au président Obama pour faire une demande similaire.

Brad Wall et les dix gouverneurs cosignataires affirment que le projet Keystone XL générerait des milliers d'emplois, tant au Canada qu'aux États-Unis, et qu'il devrait être approuvé.

Il y a un an presque jour pour jour, au milieu de critiques d'environnementalistes, de citoyens et de politiciens, le président Obama a rejeté le projet de pipeline.

Toutefois, le président américain doit prendre une décision au printemps quant à la demande révisée qui lui a été soumise.

« M. le Président, nous considérons le projet de pipeline Keystone XL a une importance fondamentale pour la prospérité économique des États-Unis et du Canada », peut-on lire dans la lettre. « Nous vous recommandons vivement de délivrer un permis présidentiel et d'agir promptement pour approuver le pipeline Keystone XL ».

Ottawa ajoute sa voix

Le ministre fédéral des Ressources naturelles n'a pas tardé à réitérer la position de son gouvernement, dans une déclaration écrite.

« Notre gouvernement [fédéral] a été clair : nous appuyons le projet Keystone XL parce qu'il aura des retombées positives, en termes de sécurité nationale, croissance économique et prospérité à long terme, tant au Canada qu'aux États-Unis. En effet, le projet Keystone devrait entraîner la création de 140 000 emplois au pays et générer des revenus qui pourront soutenir nos programmes sociaux essentiels comme les soins de santé et l'éducation. Nous respectons le processus de délivrance de permis des États-Unis et nous avons bon espoir que la proposition de prolongement du pipeline sera approuvée sur ses mérites. », a déclaré par écrit le ministre des Ressources naturelles du Canada, Joe Oliver.

La carte du projet de construction de l'oléoduc Keystone XL. Tracé existant et expansion originellement proposée de l'oléoduc Keystone XL  Photo :  TransCanada

En complément

  • saskatchewan
    dossier -  Or noir à vendre L'exploitation des ressources pétrolières constitue le moteur de l'économie albertaine, mais des projets d'oléoducs actuellement en cours rencontrent de l'opposition.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet

Facebook