Des travailleurs sociaux pourraient diagnostiquer les maladies mentales en Saskatchewan

La dépression est l'un des principaux facteurs de suicide.

Le gouvernement saskatchewanais entend donner le pouvoir à des travailleurs sociaux de diagnostiquer des maladies mentales et des dépendances, selon un communiqué publié jeudi.

« En permettant à des travailleurs sociaux de poser des diagnostics, nous pourrions réduire le temps d'attente pour les personnes qui nécessitent des services de santé mentale, notamment dans les régions rurales et éloignées de la province », explique la ministre des Services sociaux, June Draude, dans le communiqué.

L'Association des travailleurs sociaux de la Saskatchewan est prête à revoir les qualifications exigées des travailleurs sociaux qui veulent intégrer les diagnostics à leur pratique.

Environ 50 de ses membres auraient présentement les compétences requises, selon l'association.

Les travailleurs sociaux pourraient déceler des maladies telles que les dépressions, les syndromes post-traumatiques, les troubles alimentaires et l'anxiété.

Les amendements à la Loi sur les travailleurs sociaux se feront après l'élaboration des nouvelles règles et des processus d'attestations, précise le communiqué.