Minicentrale de Val-Jalbert : les opposants réclament l'arrêt des travaux

Minicentrale de Val-Jalbert : les opposants réclament l'arrêt des travaux

Une pétition de près de 5500 noms a été présentée, mardi, à l'Assemblée nationale pour réclamer l'arrêt des travaux de construction de la minicentrale sur le site du village historique de Val-Jalbert.

Des opposants au projet en font aussi circuler une, principalement à Mashteuiatsh, qui sera déposée plus tard.

Des membres de la communauté de Mashteuiatsh, du Comité pour la sauvegarde de la rivière Ouiatchouan à Val-Jalbert (CSOV), le chanteur Paul Piché, membre de la Fondation Rivières, et le député Amir Khadir ont aussi tenu un point de presse à Québec pour démontrer que le projet ne rencontre pas le critère de l'acceptabilité sociale.

Ils ont cité un récent sondage effectué par Segma-Recherche qui démontre que 53 % de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean est défavorable au projet.

Les Innus ont déploré le fait que le conseil de bande se soit joint au projet et qu'il ait utilisé de l'argent provenant des fonds autonomes de la communauté sans consulter la population.

« Le projet de Val-Jalbert est un mauvais projet, selon Denise Xavier, la porte-parole de l'Alliance citoyenne Pekuakamiulnuatsh. Il n'est pas un modèle de partenariat entre Autochtones et non autochtone souhaitable et souhaité par l'ensemble de la communauté de Mashteuiatsh. »

Pour sa part, la Fondation Rivières a soulevé que des plaintes concernant des irrégularités dans l'attribution de contrats par le promoteur et d'autres affaires font l'objet d'une enquête au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT).

L'auteur-compositeur Paul Piché affirme également que sur le plan économique, l'essentiel des revenus ira à la banque pour rembourser les intérêts et aux quelques heureux bénéficiaires des travaux et études.

« Depuis le temps que je m'implique contre les projets de petites centrales, c'est le projet le plus absurde que j'ai vu, dit Paul Piché. Utilisons les pertes de 80 millions de dollars qu'occasionnera ce projet sur 20 ans à Hydro-Québec pour construire plutôt que de détruire ».

Les travaux de construction d'une minicentrale hydroélectrique à Val-Jalbert sont déjà amorcés. La centrale sur la rivière Ouiatchouan doit produire 16 mégawatts d'électricité.

Vendredi, Amir Khadir de Québec solidaire, François Legault de la Coalition avenir Québec et la Fondation Rivières ont unis leurs forces pour dénoncer le projet.

Un campement permanent a été installé à l'entrée du site par les opposants jusqu'à ce que le gouvernement mette un terme au projet.

Réaction régionale

La Conférence régionale des élus (CRE) du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'a pas tardé à répondre. Le président de l'organisme, André Paradis, accuse les opposants de faire de la désinformation et de prendre en otage un projet légitime.

« Toutes les étapes démocratiques ont été suivies, jusqu'à l'acceptation gouvernementale, affirme M. Paradis. À notre avis à nous, le débat est clos. »

Le président de la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean, Denis Taillon, a également réagit: « C'est frustrant à la longue de voir qu'un dossier comme celui-là qui est porté par une région soit l'objet d'autant de faussetés et de demi-vérités. »

En complément

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet

Facebook