Motoneige : cent millions de dollars en retombées

Sentier de motoneige. Un sentier de motoneige dans le secteur de Dolbeau-Mistassini.

Une étude du groupe SEGMA Recherche estime que la pratique de la motoneige dans la région entraîne des retombées de 100 M$ par année au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L'enquête a été menée auprès de plus de 10 000 adeptes de la motoneige du Québec, du Canada et des États-Unis, afin de dresser un portrait de l'industrie.

Ainsi, selon cette étude, près des trois quarts des motoneigistes qui sillonnent les 3500 kilomètres de sentiers (108 674 sur 145 702) proviennent de l'extérieur du Saguenay Lac Saint-Jean. Des touristes qui font en moyenne deux visites par années et qui passent quatre nuits dans la région.

De plus, un touriste à motoneige sur quatre qui choisit le Québec se retrouve au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Des chiffres réjouissants pour l'association touristique régionale, qui y voient une confirmation que la région a su se tailler une place comme destination hivernale.

« Ils se sentent en sécurité ici, ils savent qu'ils auront un service de qualité. Des services adéquats à proximité, tout ça fait en sorte que le motoneigiste se dit bien voilà une destination qui m'intéresse. » — Maxime Saint-Laurent, Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean

Autre réaction réjouissante : celle de la ville de Saguenay qui verse 300 000 $ par an pour soutenir l'industrie de la motoneige.

« Peut-être qu'on est une des seules villes au Québec à le faire, mais on constate les retombées économiques pour nos citoyens. » — Fabien Hovington, conseiller municipal Saguenay

Quelques données de l'étude SEGMA Recherche sur la pratique de la motoneige (hiver 2011-2012)

  • Nombre d'adeptes à avoir fréquenté les sentiers 145 702
  • Nombre de touristes (extérieur de la région) 108 677
  • Dépenses touristes (total $) 108 000 000

Méthodologie du sondage

La firme SEGMA a utilisé trois méthodes différentes de collecte des données.
La première demandait aux responsables des établissements d'hébergement à faire remplir un questionnaire à leurs clients durant la période hivernale. Cette méthode a permis de connaître l'opinion de 500 personnes.
La deuxième a été réalisée lors de deux sondages téléphoniques, l'un traditionnel, l'autre par le biais d'appels informatisés, qui ont permis de joindre 9806 personnes.
Enfin, un sondage internet effectué auprès des membres de clubs de motoneige a permis de joindre 250 personnes, pour un total de 10 556 personnes. Aucune évaluation de la marge d'erreur n'a été fournie par le sondeur.

En complément