Fraude au Saguenay : Nhlanhla Mabhena reste en prison

Le palais de justice de Chicoutimi Le palais de justice de Chicoutimi

Accusé de fraude et de tentative de fraude dans plusieurs établissements bancaires du Saguenay, un homme de 32 ans originaire du Zimbabwe, Nhlanhla Mabhena, n'a pas pu recouvrer sa liberté.

Le 22 janvier dernier, M. Mabhena et sa complice, Nomalanga Ndlovu, ont fraudé la succursale de la Banque Nationale de l'arrondissement de Jonquière pour un montant de près de 5000 $.

En deux heures, le couple s'est présenté dans quatre banques. La jeune femme de 30 ans aussi originaire du Zimbabwe arrivait au comptoir avec de faux papiers, mais avec l'identité de réelles clientes de la banque, pour encaisser un chèque. Elle a réussi à obtenir de l'argent une seule fois, à la Banque Nationale.

Alertés par des employés qui avaient flairé l'escroquerie, les policiers sont rapidement parvenus à arrêter le couple.

Ils ont découvert, dans le véhicule, des renseignements personnels sur des milliers de citoyens et de faux documents tellement bien reproduits que tout laisse croire que l'homme et la femme sont en lien avec le crime organisé.

La femme, Nomalanga Ndlovu, a déjà été libérée, mais l'homme subissait son enquête sur la remise en liberté, mercredi, au palais de justice de Chicoutimi.

Nhlanhla Mabhena a été incapable de fournir une carte de résident canadien, ni une adresse ou le nom d'un véritable employeur. Il ne semble pas avoir de famille ou d'amis au pays, et le tribunal n'est pas informé de ce qu'il fait à Montréal.

Par ailleurs, M. Mabhena n'avait pas le droit de conduire parce qu'il a été condamné pour conduite avec les facultés affaiblies.

Dans ce contexte, la juge Johanne Roy a considéré que le prévenu risquait de prendre la fuite s'il était remis en liberté et l'a gardé en détention. Le couple sera de retour en justice le 14 février.