Les camionneurs dénoncent l'attitude de Produits forestiers Résolu

Les camionneurs dénoncent PFR

L'Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI) demande au gouvernement du Québec d'intervenir pour forcer Produits forestiers Résolu (PFR) à changer d'attitude dans le dossier du transport du bois en longueur vers les scieries.

En conférence de presse, le regroupement, qui représente 75 des 200 camionneurs du Lac-Saint-Jean, a déploré le mutisme et le refus de négocier des autorités de la compagnie.

Le directeur forêt du regroupement, Pierre Vallée, soutient que Résolu préfère imposer ses contrats sous la menace. « Ça fait cinq ans que ces gars-là travaillent au même taux puis qu'ils n'ont pas d'augmentation, dit-il. Si on compare avec d'autres régions avec lesquelles j'ai travaillé, ils sont en arrière des taux puis ils n'ont pas d'augmentation. »

De son côté, le directeur général de l'ANCAI, Gaétan Légaré, admet qu'aucun camionneur n'a fait faillite. Il indique tout de même que leur situation est précaire. « C'est bien pire que dans le temps de l'esclavage, souligne-t-il. Au moins, l'esclavage, on ne payait pas pour travailler, on n'était même pas payé. Là, c'est rendu qu'il faut payer les compagnies multinationales pour être payé. »

L'adjoint parlementaire à la forêt et député de Roberval, Denis Trottier, invite Résolu à faire preuve de plus de souplesse. « Dans la vie, quand on perd tous les amis qui nous servaient, ce n'est pas comme ça qu'on bâtit une industrie d'avenir et tout le monde sait que le capital humain, c'est le plus important d'une entreprise », insiste-t-il.

Chez Produits Forestiers Résolu, on dit simplement respecter le Règlement sur le contrat de transport forestier.