Deux cents kilomètres à l'heure dans la réserve faunique : huit mois de prison et trois ans d'interdiction de conduire

Au-delà de la route 175 Au-delà de la route 175

Bernard Labrie, 39 ans, devra passer 45 fins de semaines en prison. Il a été reconnu coupable d'avoir conduit, en état d'ébriété, à 200 km/h sur la route 175 dans la réserve faunique des Laurentides, provoquant une poursuite policière. Ces événements sont survenus en juin 2011.





Et la sanction de Bernard Labrie ne s'arrête pas là : il se voit interdire de conduire tout véhicule automobile pendant trois ans, sans compter les quelque 2000 $ d'amende pour grand excès de vitesse.

L'accusé avait tenté de faire valoir qu'il souffrait de dépression au moment des faits, ce qui lui a valu ce commentaire du juge Michel Boudreault.

« Ce n'est pas parce que vous aviez des problèmes à l'époque que vous avez le droit de mettre la vie des autres en danger. C'est mon devoir de protéger le public, et je vous élimine de la route pour un bon bout de temps. » — Le juge Michel Boudreault

Le juge a tout de même accepté que l'accusé puisse purger une partie de sa peine en société. Les cinq derniers mois se passeront donc à l'extérieur de la prison.

Son avocat, Me Olivier Théoret, estime que la peine est sévère, mais juste. Il a fait valoir que son client s'était repris en main depuis les événements, effectuant une thérapie de six mois afin de régler ses problèmes.

En complément

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet

Facebook