La Coalition avenir Québec demande l'abandon du projet de centrale de Val-Jalbert

Chute du Village historique de Val-Jalbert Chute du Village historique de Val-Jalbert

La Coalition avenir Québec réclame du gouvernement Marois qu'il arrête les frais à Val-Jalbert : le parti juge le projet de centrale inutile dans un contexte de surplus énergétiques chez Hydro-Québec.

La deuxième opposition à l'Assemblée nationale ne s'arrête pas là : il faut aussi dédommager ses promoteurs, regroupés au sein de la Société d'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean, pour les dépenses déjà encourues.

Le député de la CAQ François Bonnardel Le député adéquiste François Bonnardel

Le député de Granby et porte-parole de la CAQ en matière de ressources naturelles, François Bonnardel, affirme que ce n'est pas le rôle d'Hydro-Québec d'agir en tant qu'acteur du développement économique régional, en achetant de l'électricité inutile en période de surplus.




« Est-ce que ce n'est pas le rôle de la Caisse de dépôt et de placements, de la nouvelle banque économique du Québec qui remplace Investissements Québec du côté du Parti Québécois? » — François Bonnardel, député CAQ Granby

Le député caquiste ne rejette cependant pas tous les projets de minicentrales ou de parcs éoliens. Chaque cas doit être analysé au mérite selon lui. Mais pour Val-Jalbert, le verdict est clair, à condition de dédommager le promoteur.

« Malheureusement, on a peut-être dépensé des dizaines, des centaines de milliers de dollars du côté de Val-Jalbert, mais on peut encore arrêter le projet. » — François Bonnardel, député CAQ Granby

Denis Trottier réagit

Le député de Roberval pour le Parti Québécois, Denis Trottier, un partisan du projet, s'interroge sur cette apparente volte-face de la CAQ, qu'il qualifie improvisée.

Le député de Roberval, Denis Trottier Le député de Roberval, Denis Trottier
« C'est en contradiction avec leur orientation selon laquelle on devrait décentraliser, on devrait soutenir les régions. Ça me semble de l'amateurisme. » — Denis Trottier, député PQ Roberval

Enfin, la Société d'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean évalue à 20 millions de dollars le montant qui devrait lui être versé en compensation si le projet de minicentrale est abandonné. La somme rembourserait les dépenses encourues, de même que les revenus prévus avec la mise en exploitation de la centrale.

En complément