Élus frugaux à la CRÉ

Les élus de la Conférence régionale des élus du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CRÉ) estiment faire figure d'exemples en matière de rémunération au Québec.









Ainsi, le président de la CRÉ, André Paradis, touche 12 000 $ par année. Les autres élus présents à la table du conseil d'administration ne reçoivent aucune rémunération, si ce n'est le remboursement de leurs frais de déplacement.

Le préfet de la CRÉ et maire de Saint-Henri-de-taillon, André Paradis Le préfet de la CRÉ et maire de Saint-Henri-de-taillon, André Paradis
« Les gens du Saguenay Lac-Saint-Jean ont peut-être des leçons à donner à l'ensemble du Québec en matière de rémunération. Mon salaire actuel me satisfait. Je dirais qu'il est convenable. Je ne pense pas mériter plus, pas plus que les présidents qui suivront. Pour ce qui est des jetons de présence, l'ensemble des membres est bien au fait de cette pratique, tout comme les membres de la société civile qui sont là. Je pense qu'on est très raisonnables à ce chapitre. » — André Paradis, président de la Conférence régionale des élus, Saguenay-Lac-Saint-Jean

Selon la compilation réalisée par le journal La Presse, le président de la Conférence des élus de Longueuil touche 25 000 $ annuellement, celui de la Côte-Nord 30 000 $. La plupart des autres CRÉ rémunérerait aussi les élus qui participent aux réunions mensuelles, ce qu'on appelle les jetons de présence.

Il n'existe aucune règle uniforme pour déterminer les salaires des présidents des CRÉ au Québec. C'est le ministre des Affaires municipales qui les approuvent.

En complément