Roberval intervient dans le déménagement du CRDI

L'édifice du Clairefontaine, à Roberval, où se trouvent les bureaux du CRDI L'édifice du Clairefontaine, à Roberval, où se trouvent les bureaux du CRDI

La ville de Roberval compte bloquer le déménagement du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) si le gouvernement du Québec refuse de financer ses propres projets de réaménagement. Une menace qui déplaît aux principaux intéressés.

Le CRDI occupe actuellement l'immeuble du Clairefontaine, et sa direction souhaite se rapprocher de l'hôpital de Roberval. Un édifice a déjà été choisi : il s'agit de l'ancien couvent de la congrégation des Augustines de la miséricorde de Jésus. La direction estime que le déménagement pourrait être complété d'ici l'an prochain.

La ville de Roberval veut lier ce déménagement au financement complet de son projet de 12 millions de dollars, qui consiste à agrandir le centre culturel, convertir un vieil immeuble en centre communautaire et construire un gymnase à la Cité étudiante. Le maire, Michel Larouche, se défend de mettre en péril le déménagement du CRDI avec ces exigences.

« Avant que les services administratifs et cliniques du CRDI partent, on peut sûrement parler d'un délai de deux ans à deux ans et demi. » — Michel Larouche, maire de Roberval

La direction du CRDI et du Centre de santé et de services sociaux Domaine-du-Roy (CSSS) déplore cette politisation du dossier. Le directeur du CSSS, Jacques Dubois, estime que sans cette exigence, le CRDI est parfaitement capable d'amorcer son déménagement dès cette année. D'autant plus que les plans et devis pour la rénovation de l'ancien couvent sont en préparation.

Pour sa part, le député Denis Trottier appuie le projet immobilier de la ville, mais ne croit pas à sa réalisation dans un proche avenir. Il demande à la ville d'accorder plus de temps au gouvernement.

En complément

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet

    Facebook