Secto se met à l'abri de ses créanciers

Secto se met à l'abri de ses créanciers

Le Groupe Secto de Saint-Bruno s'est placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers.

L'entreprise est spécialisée dans la fabrication d'unités modulaires pour les grands chantiers de construction. Elle emploie près de 200 travailleurs en période de pointe.

Le Groupe Secto aurait accumulé des dettes de près de 18 millions de dollars.

Secto compte quelque 250 créanciers non garantis qui perdraient plus de 9 millions de dollars si l'entreprise déclare faillite. Les trois quarts des actions de l'entreprise fondée par l'homme d'affaires Marcel Maltais sont détenus par Pluri-Capital.

La directrice des investissements chez Pluri-Capital, Hélène Deschênes, précise qu'on tente d'éviter la faillite. « Il y aura une offre qui sera faite aux créanciers. Puis la relève de l'entreprise par la suite, s'il y a l'obtention de contrats importants », explique-t-elle.

Le fondateur rappelle que la compagnie a été une pionnière dans le domaine des constructions modulaires. « Avec Hydro-Québec, on a écrit la norme. On a travaillé beaucoup avec les ingénieurs, les architectes pour améliorer le modulaire », souligne Marcel Maltais.

À Saint-Bruno, le maire Réjean Bouchard espère que Secto parviendra à se relever. « J'espère de tout coeur qu'on va trouver une solution, puisque je crois qu'il faut sincèrement trouver une façon originale de faire fonctionner cette usine-là », dit-il.

L'entreprise a obtenu un prêt de 1,3 million de dollars du gouvernement du Québec au cours des dernières semaines pour l'aider à obtenir un contrat à Terre-Neuve.

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet

Coupe Grey 2014

Facebook