La Cour suprême entend la cause de Cathie Gauthier

Cathie Gauthier devant la Cour suprême

La Cour suprême a entendu jeudi la cause de Cathie Gauthier, cette femme de Saguenay qui purge une peine à perpétuité pour le meurtre de ses trois enfants, un événement survenu le premier janvier 2009.

L'avocat de Cathie Gauthier, Me René Duval, demande la tenue d'un nouveau procès. Devant la cour, il a tenté de faire valoir que sa cliente avait mis fin à l'entente tacite intervenue avec son conjoint, Marc Laliberté, concernant un pacte de suicide. Selon l'avocat de Cathie Gauthier, elle aurait d'ailleurs essayé de convaincre son conjoint de mettre fin à son plan funeste.

« Elle lui dit : ça n'a pas de bon sens, je n'embarque pas là-dedans, en déchirant un des testaments qui avait été rédigé plus tôt. À sa réaction, elle conclut qu'il est d'accord avec elle et qu'il n'ira pas de l'avant avec ce projet-là. » — René Duval, avocat de Cathie Gauthier

De son côté, la procureure au dossier, Me Sonia Rouleau, a interrogé la Cour à propos de la réelle volte-face de Cathie Gauthier concernant le pacte de suicide. Elle aurait dû, selon Me Rouleau, tout faire pour empêcher la commission du crime, et pas seulement faire entendre son désaccord à son conjoint.

« Lorsqu'on commence un crime et qu'on fournit les ingrédients pour le faire, ce n'est pas tout de dire : finalement, j'y ai pensé, je ne le ferai pas, fais-le tout seul. Parce qu'il faut s'assurer que le crime ne sera pas commis. » — Me Sonia Rouleau

Les événements

Cathie Gauthier-Lachance Cathie Gauthier-Lachance

En octobre 2009, Cathie Gauthier avait été reconnue coupable de trois accusations de meurtre au premier degré de Joëlle (12 ans), Marc-Ange (sept ans) et Louis-Philippe (quatre ans).
Le soir du drame, tous les membres de la famille avaient bu des boissons empoisonnées. Mme Gauthier s'était réveillée le lendemain, seule survivante. Son conjoint, Marc Laliberté, est décédé lors des événements, alors que Mme Gauthier s'en est tirée malgré de graves blessures.

La Cour d'appel a confirmé le jugement de première instance. Mme Gauthier a été condamnée à purger trois peines de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

En complément

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet

Facebook