Les infections transmissibles sexuellement sont en hausse

Le nombre de cas de chlamydia augmente aussi dans l'ensemble de la province Le nombre de cas de chlamydia augmente aussi dans l'ensemble de la province  Photo :  IS/iStockphotos

Les cas d'infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) ont augmenté dans la région, à l'instar du reste du Québec. La chlamydia et la syphilis, entre autres, gagnent du terrain.

Il y a eu 452 cas de chlamydia en 2012, alors qu'on en avait dénombré 422 l'année précédente. De son côté, la syphilis réapparaît avec quatre personnes infectées depuis le début de l'année.

Par ailleurs, le nombre de cas de gonorrhée est stable dans la région, de même que le VIH, virus qui infecte en moyenne six personnes par année.

L'infirmière responsable du dossier des ITSS à la direction de la santé publique, Line Potvin, affirme que cette situation est préoccupante. « C'est très inquiétant, c'est un problème de santé publique vraiment pris au sérieux, dit-elle. Il y a des conséquences graves aux ITSS. »

Mme Potvin rappelle que les ITSS peuvent entraîner des problèmes d'infertilité, de douleurs abdominales, des cancers et même le décès.

L'infirmière explique que l'importance de porter le condom est banalisée. « On sait que le VIH se traite, alors les gens ont moins peur maintenant », ajoute-t-elle.

Quoi qu'il en soit, le taux de personnes infectées dans la région est inférieur au reste au Québec. « On parle des jeunes dans la rue, des itinérants, des hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes, mentionne Line Potvin. Il y a toute une population plus touchée que d'autres et qu'on retrouve dans les grands centres. »

Une seule maladie est en diminution, l'hépatite B, en raison de la vaccination dans les écoles.

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet

Facebook