Le maire de Québec vient en aide à Ibrahim Soumahoro

Le maire demande un délai pour Ibrahim Soumahoro

Régis Labeaume a promis vendredi à l'Ivoirien Ibrahim Soumahoro que « tout ce qui est humainement possible de faire » sera fait pour éviter son expulsion du Canada mardi prochain. Depuis jeudi, la Mairie multiplie les communications avec Ottawa pour venir en aide à l'entraîneur de l'École de cirque de Québec.

« C'est un peu une course contre la montre. C'est de parler aux bonnes personnes à Ottawa. On est rendus vendredi, ça presse », lance Régis Labeaume, qui s'est rendu à l'École de cirque pour appuyer publiquement l'homme de 32 ans d'origine ivoirienne. « Ibrahim est un actif pour la Ville de Québec », a souligné le maire Labeaume.

Ce dernier a aussi fait savoir qu'il allait tenter de parler personnellement au sénateur conservateur Jacques Demers, qui a été touché par l'histoire d'Ibrahim Soumahoro, qui souffre d'analphabétisme.

« À la mairie depuis hier (jeudi), on fait des contacts au gouvernement fédéral pour bien leur expliquer le dossier. On tente de les convaincre de donner un peu d'air à Ibrahim pour qu'il puisse revoir les formulaires qu'il avait remplis, revoir les demandes qu'il avait à faire », explique Régis Labeaume.

Ibrahim Soumahoro, arrivé à Québec en 2008, doit être renvoyé en Côte d'Ivoire mardi à 16 h 30, car ses papiers n'ont pas été remplis correctement. Il croyait, à tort, qu'une demande de résidence permanente pour motifs humanitaires suivait son cours depuis janvier 2012.

Ses avocats demandent à Citoyenneté et Immigration Canada de surseoir à son expulsion, le temps d'étudier une nouvelle demande.

Depuis cette annonce, la communauté et le milieu politique multiplient les appuis à l'endroit d'Ibrahim Soumahoro. Des collègues de l'École de cirque se sont mobilisés notamment pour ramasser de l'argent afin de payer ses avocats. Le bureau de la ministre de l'Immigration du Québec a aussi été informé de l'affaire.