Le remboursement des échographies du privé est bien accueilli en Outaouais

La journaliste Nathalie Tremblay a recueilli des réactions en Outaouais

La décision de Québec de payer les échographies en cliniques privées est bien accueillie en Outaouais.

Dans la région où l'attente pour une échographie est de plusieurs mois, l'initiative permettra à un plus grand nombre de personnes d'avoir accès plus rapidement à ce service.

En Outaouais, il est courant de subir une échographie dans une clinique privée et certains de ces examens sont déjà remboursés par le gouvernement. C'est le cas notamment des femmes enceintes qui en sont entre 18 et 20 semaines de grossesse.

Échographie (archives)

Pour tous les autres types d'échographies, exception faite des urgences, l'attente est en moyenne de sept mois dans le réseau public de l'Outaouais.

Pourtant les hôpitaux de Hull et Gatineau ont une des moyennes les plus élevées au Québec avec près de 150 échographies pratiquées chaque semaine.

Des centaines de patients préfèrent se tourner vers le privé et payer 150 dollars en moyenne pour passer leur échographie rapidement. Ces frais seront maintenant couverts par le régime d'assurances maladie du Québec.

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de l'ouest du Québec, Dr Marcel Guilbeault Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de l'ouest du Québec, Dr Marcel Guilbeault
« Je pense que c'est un examen qui devrait être couvert partout. C'est un examen de base, ça devrait être couvert, par l'assurance maladie peu importe l'endroit. » — Dr Marcel Guilbeault, président de l'Association des médecins omnipraticiens de l'ouest du Québec

Le gouvernement du Québec n'a pas encore annoncé à partir de quand cette décision entrera en vigueur, mais pour la plupart des intervenants en santé, cette initiative était devenue nécessaire afin de favoriser l'équité entre les régions où les temps d'attente varient parfois énormément.

La nouvelle façon de faire permettra aussi à tous les patients d'avoir accès à ce service en fonction de leurs besoins et non de leurs moyens financiers, estiment plusieurs intervenants du milieu de la santé.

D'après le reportage de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet

    Facebook