Un policier de la GRC fait face à des accusations criminelles à Ottawa

Un agent de la GRC fait face à plusieurs accusations criminelles. Un agent de la GRC fait face à plusieurs accusations criminelles.

Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) doit faire face à plusieurs chefs d'accusations après avoir été arrêté par les policiers d'Ottawa.

L'individu fait face à trois accusations de voies de fait graves, trois accusations de voies de fait avec une arme, une accusation d'agression sexuelle grave, une accusation d'avoir omis de fournir les choses nécessaires à l'existence et une accusation de séquestration.

Les policiers ont arrêté l'homme de 41 ans mardi à la suite d'une enquête menée à la résidence de l'accusé.

L'homme a comparu jeudi après-midi au palais de justice d'Ottawa, mais il demeure détenu puisque son avocat a demandé une évaluation psychiatrique.

Le juge a émis une ordonnance de non-publication. L'identité de l'accusé ne peut être dévoilée afin de protéger l'identité de la victime.

Selon la GRC, l'agent n'était pas en service actif depuis mai 2011. Il est suspendu avec solde depuis hier.

En plus de l'enquête policière, la GRC a ouvert une enquête interne afin de déterminer si le policier a respecté le code de déontologie de la profession.

L'identité de l'accusée fait l'objet d'une ordonnace de non-publication. L'identité de l'accusée fait l'objet d'une ordonnace de non-publication.

Par ailleurs, les policiers d'Ottawa ont également inculpé une femme de 34 ans. Elle doit faire face à trois accusations de voies de fait graves, deux accusations de voies de fait avec une arme, une accusation d'avoir omis de fournir les choses nécessaires à l'existence et une accusation de séquestration.