Aide aux sans-abri : la nouvelle formule de financement sera-t-elle efficace?

Des sans-abri tentent de se réchauffer aux abords d'un refuge (archives). Des sans-abri tentent de se réchauffer aux abords d'un refuge (archives).

La police d'Ottawa craint que les montants plus importants qui sont désormais remis par la province aux personnes itinérantes vivant dans des refuges causent des problèmes.

Depuis le premier janvier, l'Ontario a remplacé l'Allocation pour besoins personnels, équivalant à 28 $ par semaine, par un montant mensuel bonifié de 230 $. Les sans-abri reçoivent ainsi deux fois plus d'argent, mais en un seul versement.

Sous l'ancien système, les bénéficiaires vivant dans un refuge où les repas étaient fournis étaient admissibles à une allocation provinciale pour besoins personnels.

Les municipalités avaient différentes façons de procéder pour distribuer ces fonds. Souvent, les refuges versaient l'argent comptant de façon hebdomadaire à ceux qui résidaient sous leur toit toute la semaine.

Désormais, les sans-abri reçoivent deux fois plus d'argent de la province, par le biais d'une aide financière de base.

Le sergent Kal Ghadban de la police d'Ottawa craint que les sans-abri dépensent rapidement leur allocation mensuelle et soient incapables de boucler leur fin de mois. « À la troisième ou quatrième semaine, nous pourrions voir davantage d'entrées par effraction et de vols de véhicules », pense-t-il.

De son côté, le ministère des Affaires municipales et du Logement estime que la nouvelle formule impose une constance dans l'aide accordée aux personnes itinérantes.

L'Initiative de prévention de l'itinérance dans les collectivités (IPIC) mise sur des solutions proactives et permanentes, plutôt que réactives, pour lutter contre l'itinérance. Le programme cible les personnes itinérantes qui trouvent et gardent un logement et celles qui risquent de devenir itinérantes, mais qui arrivent à conserver leur logement.

D'après la CBC.

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet

    Facebook